Départs en vacances, la route connectée !

À l’heure des premiers grands départs en congés d’été, l’Institut Ipsos a réalisé à la demande de VINCI Autoroutes une enquête sur l’utilisation par les Français des objets connectés sur la route des vacances. Quels types d’outils digitaux les vacanciers utilisent-ils avant et pendant leur trajet ? Pour quels usages ? Quel impact l’utilisation de sites web ou d’applications a-t-elle sur le déroulement du voyage ? Les Français sont-ils autant accros aux outils digitaux sur l’autoroute des vacances que pendant le reste de l’année ? 

Les Français sont indubitablement entrés dans l’ère du numérique : 98% des Français âgés de 16 à 75 ans possèdent désormais au moins un ordinateur, 63% une tablette et 84% un smartphone. Et ils sont de moins en moins disposés à s’en départir, y compris pendant les vacances d’été. C’est sans surprise surtout le cas des outils les plus mobiles : 98% des possesseurs de smartphone l’emporteront en vacances (soit 82% des Français), 72% des possesseurs de tablette (soit 45% des Français). L’ordinateur reste logiquement moins nomade : seuls 36% l’emporteront en congés avec eux. 

POUR PRÉPARER UN DÉPART POUR UN LONG TRAJET EN VOITURE (WEEK-END OU VACANCES), LES OUTILS NUMÉRIQUES SONT DEVENUS INCONTOURNABLES

Avant le départ, une écrasante majorité d’automobilistes utilisent internet (qu’il s’agisse d’un site web ou d’une application mobile) pour se renseigner sur leur trajet – itinéraire, durée, prévision trafic – (94% dont 47% toujours), au moment de faire leur valise pour s’informer sur la météo de leur lieu de vacances (90% dont 33% systématiquement) ou encore pour réserver leur hébergement (89% dont 42% toujours).
Le trajet lui-même se prépare pour constituer un moment agréable : 48% ont déjà préparé une playlist musicale spécifique pour leur trajet et 35% déjà téléchargé des films, jeux ou applications pour rendre le voyage des enfants plus appréciable.
Les plus prévoyants anticipent déjà leur arrivée en réservant grâce à un site ou une application des activités à faire sur place (57%) ou en commandant leurs courses pour les faire livrer ou aller les chercher sur leur lieu de vacances (17%). 

Les outils nomades (tablette et surtout smartphone) étant eux-mêmes de plus en incontournables, les pratiques numériques se développent également pendant les longs trajets en voiture. Là encore, les pratiques les plus courantes concernent la recherche d’informations sur le trajet -itinéraire, durée, trafic… – (77% le font) ou sur la météo (70%). 
Mais une majorité utilise également smartphone ou tablette pour se renseigner sur les endroits qu’ils traversent en voiture (58%) ou encore sur les endroits où ils peuvent faire une pause (53%). 

Sans surprise compte tenu des usages les plus mentionnés, les principales applications mobiles et sites utilisés au cours des trajets en voiture sont donc les applications GPS ou fournissant un itinéraire (68%) ou météo (65%). Mais pour passer un bon moment et le faire partager, ils sont également nombreux à utiliser les réseaux sociaux (52%), ou encore des applications de jeu (46%), d’actualité (37%), de musique (35%) ou encore de films / vidéo (34%). Certains en profitent même pour faire du shopping (32% utilisent des sites marchands) ou des démarches administratives (27% utilisent des applications administratives).

Si en matière de recherche d’itinéraire ou d’orientation les sites et applications mobiles se développent, les Français continuent de plébisciter avant tout le GPS intégré à la voiture ou nomade de type Tom Tom (62%). Les sites internet ou applications de calcul d’itinéraire type Mappy sont un peu moins couramment utilisés (40%), tout comme les applications de navigation communautaire de type Waze (17%). Les moyens d’orientation et d’information plus traditionnels résistent par ailleurs : 35% utilisent la radio autoroutière (fréquence 107.7) et 31% les cartes papier. Pour beaucoup, il s’agit d’outils complémentaires : 47% estiment en effet qu’il faut utiliser les outils digitaux en complément avec des outils traditionnels (cartes, radio, etc.). Seuls 34% pensent que les nouveaux outils se suffisent à eux même (42% des moins de 25 ans).

Si elles restent complémentaires d’autres outils, les applications sont devenues indispensables au bon déroulement du trajet pour une majorité de sondés : 58% de ceux qui les utilisent ne peuvent plus s’en passer. Pour 83% des utilisateurs d’applis, elles permettent de mieux maîtriser les problèmes que l’on peut rencontrer sur la route, bouchons ou accidents notamment. Autre attrait, les applications permettent selon eux d’éviter les disputes dans l’habitacle (53%). Grâce à elles, fini les enfants grognons et les divergences sur le meilleur chemin à adopter. Néanmoins, ce plus grand confort se paie par une perte de convivialité du trajet pour 34% des répondants. 

Au final, les bénéfices l’emportent néanmoins largement sur les inconvénients : les applications mobiles rendent le trajet plus pratique (75% contre 5% moins), plus agréable (61% contre 7% moins), plus rapide (58% contre 7% moins), plus sûr (50% contre 9% moins), et même plus enrichissant (47% contre 11%). Enfin, elles ont pour vertu de rendre le voyage moins ennuyeux (54% contre 5% qui pensent le contraire).

Les applications mobiles sont désormais incontournables lors des départs en vacances, que ce soit avant le trajet (55% des possesseurs de smartphone ou tablette les utilisent à ce moment), pendant les pauses (45%) ou pendant le trajet (40%).

Mais afin que l’utilisation des applications mobiles sur la route des vacances reste bénéfique pour tous, rappelons qu’il est extrêmement dangereux (et interdit) de paramétrer ou consulter une application tout en conduisant. Une grande partie des utilisateurs d’applis l’ont bien compris, puisque 59% déclarent que c’est le copilote qui est le principal utilisateur d’applications pendant le trajet, devant les enfants (21%). Dans 20% des cas néanmoins, c’est le conducteur qui est le principal utilisateur, ce qui présente des risques importants lorsque cette utilisation est faite au volant.  


Fiche technique :
Ipsos a interrogé par internet du 7 au 11 juillet un échantillon de 2149 personnes, représentatif de la population française âgée de 16 à 75 ans.

Etienne Mercier

Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Etienne Mercier

Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Amandine Lama

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :