Présidentielle 2012 : François Hollande en pole position

Présidentielle 2012 : François Hollande en pole position

05 déc. 2011 - 

La septième vague du baromètre Ipsos/Logica Business Consulting réalisée pour France Télévisions, Radio France et Le Monde montre que François Hollande est toujours assez nettement en tête des intentions de vote pour l'élection présidentielle. En progression, Nicolas Sarkozy conforte son avance sur Marine Le Pen pour la qualification au second tour.


Malgré un score en baisse de trois points - la précédente mesure avait été réalisée fin octobre, soit juste après la séquence des primaires citoyennes - François Hollande (32%) reste en tête des intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle de 2012. Il est aujourd'hui le candidat favori des jeunes, des cadres supérieurs, des professions intermédiaires et des employés. L'écart avec Nicolas Sarkozy (25,5% d'intentions de vote) s'est cependant réduit, le chef de l'Etat étant sur une dynamique plus favorable (+1,5 points), notamment grâce au soutien des plus âgés. Marine Le Pen perd a quant à elle 2 points, à 17% d'intentions de vote. La menace d'un 21 avril à l'envers semble être pour le moment écartée.

Jean-Luc Mélenchon (7,5%, +1,5) et François Bayrou (7%, +1,5) composent le groupe des "outsiders" en progression tandis que Eva Joly maintient son rang (6%, stable). Aucun des autres candidats déclarés ne passe la barre des 2% d'intentions de vote.

Pour l'heure, un second tour entre François Hollande et Nicolas Sarkozy se solderait par la victoire du candidat socialiste mais là aussi, l’écart se resserre (60%, -2 contre 40%, +2). François Hollande bénéficie toujours de très bons reports de voix depuis l’électorat des autres candidats de gauche, et d'un report moins net mais tout de même majoritaire de l'électorat de François Bayrou. Les reports sont moins évidents pour Nicolas Sarkozy. Seulement 35% des voix de Marine Le Pen et 31% des voix de François Bayrou se portent sur sa candidature dans l’hypothèse d’un second tour qui l’opposerait à François Hollande.

En marge du baromètre, les questions d'actualité posées dans cette vague montrent que Nicolas Sarkozy ne doit pas sa progression à sa politique de rigueur budgétaire et fiscale. Pour une majorité de Français (44%), celle-ci va trop loin, contre 26% qui pensent au contraire qu’elle ne va pas assez loin et seulement 19% qui estiment qu’elle est au bon niveau. Enfin,  54% des Français pensent que la perte du "triple A" serait quelque chose de grave pour la France, 14% pensent que cela serait très grave.

Ecouter : le commentaire de Jean-François Doridot, directeur général d'Ipsos Public Affairs, dans l'émission radiophonique de France Infos "Tous en campagne" (6'45) 

Vincent Dusseaux
Directeur d’Etudes Ipsos Public Affairs
vincent.dusseaux@ipsos.com



Documents associés

Baromètre d'intentions de vote pour l'élection présidentielle 2012 vague 7 - Ipsos-Logica Business Consulting Télécharger le document