Test de grossesse et condition de la femme

Test de grossesse et condition de la femme

13 mars 2007 - 

Pour la majorité des Français, l’existence même des tests de grossesse a des répercussions positives sur la condition de la femme. Leur amélioration est donc un facteur de progrès de la vie des femmes. Oui, mais quelle est l’amélioration vraiment attendue ? Pour 85 %* des femmes, c’est pouvoir diagnostiquer une grossesse encore plus tôt pour écourter l’angoisse de l’attente.

Plus de 6 femmes sur 10* en âge d’être mères déclarent avoir utilisé un test de grossesse au moins une fois dans leur vie. Avec plus de 3 millions d’unités vendues chaque année, les tests de grossesse sont des produits couramment achetés par les Françaises. Pour diagnostiquer une grossesse éventuelle, le test urinaire vendu en pharmacie reste, souvent, le premier réflexe des femmes qui pensent être enceintes.

A priori, acheter et utiliser un test de grossesse sont des gestes qui peuvent sembler simples et faciles à réaliser. Pourtant, les résultats de l’enquête* menée par IPSOS et Sofibel – Laboratoires Fumouze en novembre 2006 montrent que les femmes sont très peu informées sur la façon d’utiliser ces tests de grossesse et traversent souvent à ce moment de leur vie une période de stress et d’angoisse réels.

L’achat d’un test de grossesse : un geste pas si simple !

Un geste répandu …

Un produit fréquemment acheté :
Plus de 3 millions de tests de grossesse sont vendus dans les pharmacies françaises chaque année. Les femmes de 25 à 34 ans sont 73 %* à en avoir déjà utilisé un, et elles sont 68 %* entre 35 et 44 ans.

Un achat impliquant :
Les femmes ne sont jamais neutres lors de ce type d’achat : c’est le désir ou au contraire la peur d’être enceinte qui les pousse à réaliser un test de grossesse. Et les Françaises sont de ce point de vue assez partagées : sur les 2,5* tests utilisés en moyenne par femme, 1,4* test est utilisé alors qu’elles désirent être enceintes.

… mais déroutant

Un manque évident d’information : 6 femmes sur 10* ne savent pas quand utiliser un test de grossesse !
Si on demande aux femmes à quel moment un test de grossesse peut être réalisé, la majorité d’entre elles (59 % *) ignore la réponse ! Autre fait important : un grand nombre de femmes pense pouvoir faire un test avant la date prévue des règles. 2 % d’entre elles pensent même que le test est réalisable immédiatement après un rapport !

Plus grave, 49% des femmes ayant déjà réalisé un test, donnent une réponse fausse ou disent ne pas connaître la date de l’utilisation d’un test de grossesse

Un moment angoissant pour 7 femmes sur 10*
Globalement, les femmes qui ont déjà réalisé un test de grossesse ont le sentiment que l’attente entre le moment où l’on décide de faire le test et l’instant où l’on peut effectivement l’accomplir est une période angoissante (72 %*). Pour 3 femmes sur 10* c’est même un moment « très angoissant ».
Au-delà de cette anxiété, c’est également une expérience susceptible de générer un réel sentiment de solitude psychologique : 1 femme sur 2* affirme ne pas s’être sentie soutenue psychologiquement la première fois qu’elle a dû faire un test de grossesse acheté en pharmacie.

Les attentes des femmes : savoir plus tôt !

Au-delà de la perception des femmes sur l’utilisation des tests de grossesse, IPSOS et Sofibel – Laboratoires Fumouze se sont attachés à connaître leurs attentes pour ce type de produits : quelle serait pour elles l’amélioration principale à apporter aux tests de grossesse existants ?

Les femmes font confiance aux tests de grossesse vendus en pharmacie
Aujourd’hui, les femmes dans leur grande majorité sont sûres de la fiabilité des tests de grossesse urinaires vendus en pharmacie : après un résultat positif, elles sont 72 % à ne pas confirmer le résultat.

Elles souhaitent disposer de tests précoces
Les résultats sont clairs : les femmes voudraient que les tests de grossesse puissent être réalisés plus précocement.
Nul doute que l’angoisse ressentie par la plupart d’entre elles les pousse, dans leur majorité (près de la moitié*), à déclarer que leur principale attente en termes d’amélioration serait de pouvoir obtenir un diagnostic de grossesse avant la date prévue des règles.
En effet, 85 %* des femmes manifestent un vif intérêt pour un tel test, 61 %* d’entre elles pensent même qu’elles le choisiraient certainement.

Gagner 3 jours : un vrai plus pour les femmes
Écourter de quelques jours le délai d’attente pour diagnostiquer une grossesse éventuelle est, en effet, un souhait vivement exprimé par les femmes. Elles déclarent à une large majorité qu’il est important de gagner 3 jours, que la grossesse soit désirée (79 %) ou non (87 %).

L’avancée technologique en matière de tests de grossesse est donc primordiale : pour 86 % des Français, le fait qu’une femme puisse savoir au tout début de sa grossesse si elle est enceinte est un facteur d’amélioration de la condition de la femme.

Femmes, grossesse et indépendance :

1909     Les femmes ont droit à 8 semaines de congé maternité et sont protégées du licenciement

1945     Le congé maternité devient obligatoire et indemnisé

1955     Mise au point de la première pilule contraceptive (oestro-progestative)

1967     Légalisation de la pilule

1973     Premier test de grossesse réalisable 5 jours après la date prévue des règles

1975     Droit à l’avortement

1986     Premier test de grossesse réalisable à la date prévue des règles

2000     Premier patch contraceptif (oestrogènes)

2001     Premier implant contraceptif (progestatif)

2006     Sofibel – Laboratoires Fumouze  lance le tout premier test de grossesse précoce qui donne la réponse dès 3 jours avant la date prévue des règles

Etienne Mercier
Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
etienne.mercier@ipsos.com



Articles recommandés

Toutes les actualités