L'image de la femme dans la publicité choque surtout … les femmes

L'image de la femme dans la publicité choque surtout … les femmes

21 mai 2001 - 

Quatre Français sur dix se déclarent aujourd'hui heurtés par la manière dont on présente les femmes dans la publicité. Selon l'enquête Ipsos-Culture Mag, les femmes et les plus de 35 ans sont les plus choqués, mais la majorité des hommes comme des plus jeunes n'y voit rien à redire.

Globalement, 41% des Français se disent aujourd'hui "souvent choqués par la manière dont on montre les femmes dans la publicité, que ce soit à la télévision, la presse ou en affichage". Mais si cet avis est partagé par près d'une femme sur deux (48%), et par la majorité des plus de 35 ans, les hommes sont, pour les deux tiers d'entre eux, d'avis contraire : 63% n'auraient été que "rarement" (38%) ou "jamais" (25%) choqués.

Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes s'accordent en revanche sur l'évolution des thématiques abordés dans la pub. Une large majorité de Français, sans distinguo d'âge ou de sexe, estime aujourd'hui qu'il y a dans la publicité plus d'évocations à caractère sexuel qu'il y a un an ou deux, contre un tiers qui pensent que rien n'a changé. La France est nettement plus partagée quant à savoir si une "tendance machiste" se dégage ou non dans cet univers : 46% estiment que oui (notamment les femmes et les plus âgés), contre 47% qui pensent le contraire (dont une part plus importante d'hommes et de jeunes). L'évolution des thèmes abordés dans la publicité encourage toutefois les Français à la vigilance. 80% d'entre eux sont ainsi favorable à l'interdiction dans la pub de situations suggérant le sado-masochisme, et les trois-quarts voudraient également interdire les scènes évoquant la masturbation ou la zoophilie. Sur un tout autre plan, plus de quatre Français sur dix, en particulier les plus âgés, souhaiteraient également que l'on interdise des situations relatives à l' homosexualité, contre 57% d'avis contraire. La représentation de l'homosexualité ne pose en revanche aucun problème à la grande majorité des femmes (62%) et aux trois-quarts des moins de 35 ans, qui se montrent sur ce dernier point nettement plus tolérants que leurs aînés.

Philippe Hubert
Ipsos Public Affairs




Derniers articles

Toutes les actualités