Les PME souffrent toujours d'une demande atone

Les PME souffrent toujours d'une demande atone

21 mars 2012 - 

Les "petits patrons" interrogés dans la dernière vague du baromètre des PME Ipsos / LCL / La Tribune s'inquiètent une nouvelle fois d'une demande toujours faible, qui ne redécolle pas. La perception des efforts du gouvernement en matière d'aide aux entreprises est en revanche un peu meilleure, portée par l'entrée en lice officielle de Nicolas Sarkozy dans la joute Présidentielle.


L'entrée officielle de Nicolas Sarkozy dans la joute présidentielle semble avoir remonté un tout petit peu le moral des dirigeants de PME. Interrogés au lendemain du grand meeting de Villepinte, 42% d'entre eux se déclarent en effet "séduits par le programme économique" du Président sortant, contre  seulement 5% séduits par celui de François Hollande (51% "aucun des deux"). La perception de l'environnement économique s'en trouve un peu améliorée, même si la défiance reste très largement majoritaire : 77% estiment que "l'environnement économique français est défavorable", 56% sont également de cet avis concernant l'environnement économique "international". La plupart des patrons (81%) jugent par ailleurs toujours que "les efforts du gouvernement en matière d'aide aux entreprises" sont peu efficaces, mais ce taux est en légère baisse.

On observe donc toujours un pessimisme largement partagé quant à la conjoncture, alors que pourtant les données micro-économiques ne sont pas si mauvaises : la moitié des dirigeants interviewés sont satisfaits "du niveau de production de leur entreprise" (48%), "du niveau d'activité commerciale" (50%), ou "de la trésorerie" (51%). Mais la faiblesse de la demande reste le problème central, qui bride les velléités d'embauche ou d'investissement. La demande "grande consommation" est particulièrement mal orientée, en baisse pour le quatrième mois consécutif avec un indice tombé à -28. Plus d'une PME sur trois ont encore constaté une baisse de la demande dans ce secteur depuis le mois dernier. 37% des patrons mesurent également une baisse de la demande interne aux PME (39% la voient "stationnaire" et 9% "en hausse"), 40% enregistrent aussi une baisse de la demande émanant des grandes entreprises (37% la jugent "stationnaire" et 6% "en hausse"). La conjoncture semble plus favorable à l'exportation, mais plus de la moitié des PME ne sont pas concernées.

Dans ce contexte toujours difficile, une entreprise sur quatre déclare un nombre de salariés "en baisse" (24%, contre 62% dans lesquelles l'effectif est "stationnaire" et 14% "en hausse"). Même tendance au niveau de l'investissement productif, avec 30% des PME qui réduisent l'achat d'équipements (contre 52% dans lesquelles les achats sont "stationnaires" et 15% "en hausse"). Les patrons désignent toujours en majorité "le poids des charges sociales" comme étant le frein principal au développement de leur entreprise (36% de citations), mais l'incertitude économique reste aussi souvent évoquée (24%), devant "le niveau de la demande (17%, en hausse de 2 points) et "le coût des matières premières" (13%, en forte hausse de 6 points).

Farah El Malti
Chargé d'études - Grandes Enquêtes Ipsos Observer
Farah.ElMalti@ipsos.com



Documents associés

Le moral des patrons de PME - Ipsos - LCL - La Tribune - BFMTV - Mars 2012 Télécharger le document