Baromètre Ipsos-Edenred 2014 : Le temps de travail redevient une préoccupation majeure des salariés européens

Edenred et Ipsos dévoilent la neuvième édition du Baromètre sur le bien-être et la motivation des salariés européens. Si la gestion des compétences reste le casse-tête des organisations dans une Europe du Sud où le maintien de l’emploi (et du pouvoir d’achat) demeure la priorité n°1, le temps de travail revient sur le devant de la scène chez les salariés anglais, allemands ou suédois. Avec à la clé un autre challenge RH de taille pour les entreprises : (re)définir l’organisation du travail à l’ère du « blurring1 », qui accroit les tensions et déséquilibres, en particulier chez les managers.

 

 

2014 : UN REGAIN DE CONFIANCE POUR LES SALARIES EUROPEENS ?

Dans une Europe qui subit les effets de la crise depuis 2007, on constate un frémissement sur les indicateurs de croissance économique et ce, principalement dans les pays d’Europe du Nord. Parallèlement, les indicateurs clés du Baromètre Ipsos-Edenred mettent en lumière un regain de confiance des salariés dans l’avenir de leur entreprise : 59% des salariés en France ont confiance dans l’avenir de leur entreprise (+2% vs. 2013), 65% en Espagne (+1% vs. 2013), 73% en Grande-Bretagne (+4% vs. 2013) et 80% en Allemagne (+4% vs. 2013).

 

Cet optimisme est, cependant, nuancé par une préoccupation réelle sur le niveau de salaire et le pouvoir d’achat. En effet, 40% des salariés européens estiment que leur rémunération est une préoccupation majeure dont 49% des français et 43% des britanniques. Marqués par le chômage de masse, les salariés européens restent, par ailleurs, très soucieux du maintien de leur emploi (31% des français : +6% vs. 2008, 32% des allemands : -2% vs. 2008, 29% des britanniques : +1% vs. 2008, 23% des suédois2). Cela est particulièrement vrai pour les pays d’Europe du Sud, chez qui cette crainte s’est parfois beaucoup accentuée depuis 2008 (54% des espagnols : +17% vs. 2008, 45% des italiens : +16% vs. 2008, 62% des portugais3).

 

Ainsi, le choix de rester dans son entreprise reste élevé en Europe (68% des belges n’ont pas pensé, en 2014, quitter leur emploi actuel, 62% des allemands, 63% des italiens, 61% des espagnols et 57% des français). Le « turnover » limité met l’accent sur un enjeu majeur pour tous les salariés : le développement professionnel et notamment la gestion des compétences. Dans ce domaine, les actions mises en œuvre par les entreprises ne sont pas jugées satisfaisantes : les salariés européens jugent insuffisants la gestion des talents (43%), la transmission et le renouvellement des compétences (37%) ainsi que l’employabilité des seniors (32%).

 

DES DIFFERENCES EN TERMES DE QUALITE DE VIE AU TRAVAIL ET DE MOTIVATION

Par ailleurs, les indicateurs du Baromètre Ipsos-Edenred se sont nettement améliorés dans les pays où la sortie de crise se fait le plus sentir, Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique et Suède notamment. Dans ces pays, les salariés jugent mieux leur qualité de vie au travail que leurs homologues d’Europe du Sud. Avec une note de 6,9/10, les salariés britanniques sont particulièrement satisfaits de leur qualité de vie au travail vs. 6,2/10 en Italie ou 6/10 au Portugal. De la même manière, on constate que les plus faibles scores en termes de motivation sont relevés dans les pays d’Europe du Sud : 38% des français et 35% des portugais jugent que leur motivation diminue vs. 22% des suédois et 23% des allemands.

 

AVEC LES NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION, UNE PREOCCUPATION CROISSANTE AUTOUR DU TEMPS DE TRAVAIL

Le Baromètre Ipsos-Edenred révèle, également, la réapparition d’une préoccupation majeure pour les salariés : la gestion du temps de travail. Lorsqu’on demande aux salariés quelle est, aujourd’hui, leur principale préoccupation professionnelle, les suédois sont 43% à évoquer le temps qu’ils consacrent à leur travail, les allemands 30% et les britanniques 28%. Cela est particulièrement vrai pour les managers (36%) et les tops managers (47%).

 

Par ailleurs, force est de constater que le phénomène du « blurring » s’accélère dans tous les pays, l’utilisation des nouveaux outils de communication (ordinateurs portables, Smartphones, tablettes numériques…) ayant modifié les manières de travailler et aboli les frontières entre vie privée et vie professionnelle. Aujourd’hui, 67% des salariés européens disent être sollicités par leur travail en dehors de leurs horaires professionnels et 62% déclarent régler des problèmes personnels au travail. Ce phénomène est encore plus accentué chez les dirigeants européens : 90% des tops managers et 84% des managers sont sollicités par leur travail en dehors de leurs horaires professionnels. 77% des tops managers et 78% des managers sont, par ailleurs, amenés à régler des problèmes personnels pendant leurs heures de travail.

 

Si ces nouveaux outils sont perçus comme ayant un impact positif sur la qualité de vie au travail (68%), les actions des entreprises pour s’adapter à cette évolution sont encore jugées insatisfaisantes : 39% pensent insuffisants les efforts réalisés sur les nouveaux modes d’organisation du travail, 36% sur le bien-être au travail et 28% sur la flexibilité de l’organisation du temps de travail.

 

L’innovation serait-elle la clé de l’amélioration du bien-être au travail ? Les entreprises suédoises ont beaucoup innové ces dernières années en matière de méthodes de travail et de modes d’organisation. Plus flexibles, elles offrent une qualité de vie au travail estimée à 7,1 sur 10 par les suédois (contre 6 sur 10 par les portugais, 6,2 sur 10 par les français et les italiens et 6,3 sur 10 par les espagnols).

 

« En dépit de la sortie de crise, nous observons un phénomène de concentration du travail sur les plus qualifiés – les managers – pour qui, par conséquent, le temps dédié au travail devient la préoccupation numéro une. Cette préoccupation va croître pour l’ensemble des salariés dans les années à venir, dans un monde de plus en plus digital où la frontière entre vie privée et vie professionnelle est de plus en plus floue », déclare Antoine Solom, Directeur International d’Ipsos Loyalty.

 

1 Effacement progressif entre le temps professionnel et le temps personnel
2 La Suède a rejoint pour la première fois le panel en 2014
3 Le Portugal a rejoint pour la première fois le panel en 2014

 


La France, un cas à part


Les salariés français restent :

 

  • les plus démotivés d’Europe : 38% France vs. 29% Europe.
  • les plus mécontents de la reconnaissance, du respect et de la rémunération :
  • 52% ne sont pas satisfaits de la reconnaissance de leur implication dans leur travail vs. 46% des européens,
  • 43% ne sont pas satisfaits du respect avec lequel ils sont considérés vs. 33% pour les européens,
  • 61% ne sont pas satisfaits de leur rémunération fixe vs. 51% des européens.

Paradoxalement, seulement 75% des français estiment consacrer trop de temps à leur travail, soit 5% de moins que la moyenne européenne (80%).

 

Fiche technique :

Pour cette neuvième édition, l’enquête a été réalisée auprès d’un large échantillon de salariés européens afin de mesurer leur motivation et leur bien-être dans le milieu professionnel. Cette année, 8 800 salariés allemands, belges, britanniques, espagnols, français, italiens, portugais et suédois ont participé à cette étude online, menée en janvier 2014.

« En tant qu’observateur du marché de l’emploi, nous sommes à l’écoute des entreprises pour améliorer leur efficacité, notamment en matière de ressources humaines. Le Baromètre Ipsos-Edenred est un outil privilégié pour sonder les besoins des salariés et concevoir des solutions répondant au plus près de leurs attentes », souligne Jacques Stern, Président-directeur général d’Edenred.

Antoine Solom

Directeur International, Ipsos LEAD

Nicolas Tannenbaum

Deputy Managing Director, Ipsos LEAD

Julia Pironon

Directrice de clientèle, Ipsos LEAD

Les derniers commentaires :

CMDDF 54

Le 18/08/15 à 09h53

Votre message (2000 caractères maximum)...

Virg42

Le 20/01/16 à 08h27

Votre message (2000 caractères maximum)...

A la une en ce moment :