2nd tour législatives 2017 : une abstention exceptionnelle dans toutes les catégories d'électeurs

L'enquête Ipsos / Sopra Steria réalisée la veille du vote auprès de 4056 personnes inscrites sur les listes électorales détaille le profil des 56,6% d'électeurs qui ne sont pas allés voter au second tour des élections législatives : plus de 70% d'abstentionnistes chez les moins de 35 ans, 70% chez les ouvriers, deux-tiers d'abstentionnistes chez les employés et les professions intermédiaires, plus de 50% dans toutes les catégories socio-démographiques testées, sauf chez les retraités.

Hormis aux élections Européennes de 2009 (59,4%) et de 2004 (57,2%), jamais l'abstention n'avait atteint un tel niveau en France sous la Ve République. Ce taux de 56,6% selon l'estimation Ipsos / Sopra Steria, historique pour des Législatives (c'est 5,3 points de plus qu'au premier tour et douze points de plus que le précédent record d'abstention pour un second tour des législatives, de 44,6% en 2012), se traduit par des niveaux d'abstention hors-norme dans toutes les catégories d'électeurs.

On relève ainsi que les trois quarts des 18-24 ans, plus de 70% des moins de 35 ans, 70% des ouvriers, près des deux tiers des employés, des professions intermédiaires, des salariés, des chômeurs, des personnes à leur compte, des "bas-revenus", la moitié des cadres ne sont pas allés voter. L'abstention s'est approchée des 60% dans toutes les catégories d'agglomération, des zones rurales aux villes petites, moyennes ou grandes. Symptomatiquement, elle a atteint ou dépassé les 50% dans toutes les catégories socio-démographiques testées dans notre enquête, sauf chez les 60-69 ans (43%), les plus de 70 ans (39%) et les retraités (40%).

En termes de proximité partisane, on relève les plus forts taux d'abstention chez les sympathisants du PCF/France Insoumise (60%) et les proches du FN (68%). Plus de la moitié de ceux qui avaient pourtant voté au premier tour pour un de ces deux partis se sont abstenus (ces deux forces étaient néanmoins absentes du second tour dans de nombreuses circonscriptions). Les sympathisants d'En Marche ! ont été les plus nombreux à voter (59%), mais tout de même 41% d'entre-eux n'ont pas participé à la victoire de leur camp. On dénombre également une majorité de votants chez les sympathisants socialistes (54%), les proches de l'UDI (59%), du Modem (57%) et les sympathisants LR (55%).

Les raisons de cette abstention record sont multiples mais concernent souvent un désaveu, ancien ou récent, de la politique : "les hommes et les femmes politiques vous ont trop déçus, vous ne croyez plus en eux" (item coché par 24% des abstentionnistes), "quel que soit le résultat de l'élection vous vous dites que ça ne changera rien" (19% de citations), "aucun programme ne vous paraît vraiment convaincant" (16%), "vous en avez assez, cette séquence électorale dure depuis trop longtemps" (14%), "vous ne vous intéressez pas à la politique" (8%). L'élimination de son candidat au premier tour a également compté ("aucun des candidats présents au second tour ne correspond à vos idées", 21%), tout comme l'absence d'enjeu ("votre vote ne changera rien, LREM est assurée de gagner", 18% / "les élections législatives ne sont pas vraiment importantes, c’est l’élection présidentielle qui compte avant tout", 3%). L'indisponibilité enfin ("pas disponible le jour du vote", 18%) a joué à la marge. A noter que le total des citations est supérieur à 100, chaque interviewé ayant la possibilité de choisir deux items dans la liste.

REPORTS DE VOIX 

Chez les votants, la matrice des reports de voix entre le premier et le second tour dans le cadre des duels LREM - Droite (264 circonscriptions) permet de relever que les deux tiers des électeurs qui avaient choisi le candidat de la France Insoumise ou du PCF au premier tour n'ont pas voulu trancher. C'est aussi le cas de la moitié des électeurs qui avaient voté FN au premier tour, même si 40% d'entre eux se sont reportés sur le candidat de droite. Les électeurs des candidats PS/PRG/DVG se sont reportés à 45% sur le candidat LREM, pour 40% qui ne se sont pas exprimés et 15% qui ont choisi le candidat LR/UDI/DVD.


 

Suivez nos estimations sur la page dédiée :

Élections Législatives

Jean-François Doridot

Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Brice Teinturier

Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :