1er tour législatives 2017 : sociologie des électorats et profil des abstentionnistes

Le sondage Ipsos / Sopra Steria dresse une radiographie politique et sociologique des différents électorats. Il détaille également le profil des abstentionnistes, particulièrement nombreux notamment chez les jeunes et dans les catégories populaires. La structure de l'électorat a bénéficié aux candidats LREM, le parti de la majorité présidentielle arrivant en tête dans presque toutes les catégories socio-démographiques testées dans notre enquête.

PROFIL DES ABSTENTIONNISTES

Plus de la moitié des électeurs (51,2%) ne s'est pas déplacé pour ce premier tour des élections législatives. Le record d'abstention de 2012 (42,8%) est largement battu, de plus de huit points. Les Français ont boudé les urnes, pour des raisons diverses mais qui renvoient souvent à un désaveu, ancien ou récent, de la politique : "les hommes et les femmes politiques vous ont trop déçu, vous ne croyez plus en eux" (item choisi par 30% des abstentionnistes), "quel que soit le résultat de l'élection, vous vous dites que cela ne changera rien" (18%), "aucun programme ne vous paraît vraiment convaincant" (16%), "vous ne vous intéressez pas à la politique" (9%). L'absence d'enjeu ("votre vote ne changera rien, La République En Marche est assurée de gagner", 9%) et l'indisponibilité ("pas disponible le jour du vote", 18%) complètent cette liste.

L'abstention n'est toutefois pas homogène sur l'ensemble de la population. Elle a été deux fois plus importante chez les jeunes électeurs (64% chez les moins de 35 ans) que chez les plus âgés (35% chez les plus de 60 ans), a davantage concerné les employés (61%) et les ouvriers (66%) que les cadres (45%), décroit avec le niveau d'études (54% chez les non-bacheliers, 44% chez les titulaires d'un diplôme Bac+3 et plus), ou le niveau de revenu (59% au sein des foyers dont le niveau de revenu mensuel est inférieur à 1250€, 42% dans les foyers disposant de plus de 3000€).

Le profil sociologique des abstentionnistes induit un différentiel de mobilisation qui a été défavorable aux candidats de la France Insoumise et du Front National : 53% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la Présidentielle, 57% des électeurs de Marine Le Pen ne sont pas allés voter aux législatives, pour 43% de l'électorat de Benoît Hamon, 38% de l'électorat d'Emmanuel Macron et 38% de l'électorat de François Fillon.

SOCIOLOGIE DE L'ÉLECTORAT

La République En Marche a dominé ce premier tour en s'appuyant sur son noyau électoral, diplômé, aisé, plus enclin à se mobiliser. Mais la progression de près de huit points entre le score d'Emmanuel Macron au premier tour de la Présidentielle (24%) et celui des candidats LREM au premier tour des Législatives (32,2%) renvoie aussi à la bonne perception des débuts du quinquennat, qui a permis d'élargir la base électorale au point d'arriver en première position dans toutes les catégories socio-démographiques testées dans notre enquête, à l'exception des ouvriers et de la tranche de revenus la plus basse, où LREM est devancé par le FN.

Au soir du premier tour des législatives, LREM est ainsi en tête dans toutes les catégories d'âge, chez les cadres mais aussi les professions intermédiaires, les employés, chez les retraités, les salariés du privé et du public, les personnes à leur compte, les chômeurs, quel que soit le niveau de diplôme, dans toutes les tranches de revenus sauf la plus basse, dans les zones rurales comme dans les villes, moyennes ou grandes. Les meilleurs scores sont enregistrés dans les mêmes catégories que pour Emmanuel Macron au premier tour de la Présidentielle (43% au sein des foyers les plus aisés, 38% chez les diplômés "au moins Bac + 3"), mais on relève surtout des progressions spectaculaires auprès de catégories qui avaient plutôt choisi Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle : les chômeurs (32%, +18), les 18-24 ans (32%, +14 points), les employés (29%, +10), les ouvriers (26%, +10).

La moindre mobilisation des catégories populaires a contracté l'électorat de la France Insoumise (11,0%), qui ne retrouve pas le score qu'avait obtenu Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle (19,6%). La France Insoumise a notamment perdu du terrain chez les 18-24 ans (18%, contre 30% pour Jean-Luc Mélenchon dans cette catégorie au premier tour de la Présidentielle, -12 points), chez les employés (14%, -8 points), les ouvriers (11%, -13), les chômeurs (18%, -13), les bas-revenus (13%, -13). Le phénomène concerne aussi le FN (14%), en baisse par rapport au score de Marine Le Pen le 23 avril (21,3%). Le FN a été le premier choix des ouvriers (29%) et au sein des foyers disposant de moins de 1250€ mensuels (25%), mais il est devancé par LREM dans toutes les autres catégories d'électeurs.

À l'inverse, la droite (LR/UDI/DVD) et le bloc PS/PRG/DVG progressent par rapport à la Présidentielle, tout en restant nettement en deça des scores obtenus lors des législatives 2012. Bien qu'ayant perdu le scrutin, la droite avait en effet obtenu près de 30% des suffrages en 2012 (21.5% aujourd'hui), tandis que le PS, à 30% sans le PRG et les DVG en 2012, a perdu 20 points. La droite résiste sur son noyau électoral (28% chez les 60-69 ans, 34% chez les plus de 70 ans, 30% chez les retraités), tout en restant derrière LREM même dans ces catégories qui lui sont traditionnellement acquises. Le PS s'effondre partout, n'atteignant les 15% des suffrages que chez les cadres (15%). Symptomatiquement, la majorité (54%) des électeurs se déclarant proches du parti socialiste n'a pas voté PS au premier tour des législatives ; 35% ont préféré le candidat LREM, 8% celui de la France Insoumise, 5% le candidat EELV.


 

Suivez nos estimations sur la page dédiée :

Élection Présidentielle

Document associé :

Jean-François Doridot

Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Brice Teinturier

Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :

  • Baromètre politique : Après deux mois « d’attentisme bienveillant », les jugements des Français à l’égard du couple exécutif se durcissent

    Lire l'article

    # Politique

  • Visite de Donald Trump le 14 juillet : qu'en pensent les Français ?

    Lire l'article

    # Politique

  • classe moyenne africaine, sciences du comportement, mesure d'audience... Le best of Ipsos à travers le monde - Juillet 2017

    Lire l'article

    # International