Matheux ou littéraires, 80% des Français plébiscitent le numérique synonyme de créativité et de plaisir

Afin de mieux comprendre le lien unissant les Français au numérique et évaluer l’impact de ce dernier sur notre potentiel créatif, Microsoft France et Ipsos ont décidé de mener une étude sur le thème : « Matheux vs. Littéraires : quel rapport au numérique ? ». Les résultats de l’enquête dessinent les contours de profils différenciés et soulignent également la convergence vers de nouveaux usages créatifs, et notamment l’utilisation du tactile.

ALORS LES FRANÇAIS, PLUTÔT MATHEUX OU LITTÉRAIRES ? LES DEUX !

Ipsos a interrogé les Français afin de déterminer si, confirmant une idée reçue bien ancrée, il existait une réelle dualité de profils entre matheux et littéraires au sein de la société française. La réponse est oui. Si près d’un tiers des Français hésite sur la réponse, un tiers de la population se revendique matheuse et le dernier tiers littéraire.
Ces convictions se sont forgées dès l’école
. Ainsi, 53% déclarent avoir préféré à l’école les matières scientifiques (mathématiques, physique-chimie, SVT…) contre 47% les matières littéraires (français, histoire-géo, langues…). Dans le détail, les stéréotypes se précisent puisqu’au cours de leurs études, les femmes apprécient en priorité les matières littéraires (57%) et les hommes les matières scientifiques (64%).
Ce clivage se poursuit ensuite post-études, bien que de manière moins marquée : les femmes continuent de se définir comme littéraires (49% vs 23% de matheuses) et les hommes comme scientifiques (43% vs 21% de littéraires). Seuls 14% des Français s’estiment autant littéraires que matheux.

ADIEU STYLO ET PAPIER ? LES MATHEUX SANS REGRETS… LES LITTÉRAIRES PLUS PARTAGÉS

Au jeu des différences, les appétences, penchants et choix de chaque profil matheux ou littéraire vis-à-vis du numérique sont très différenciés.

  • Les matheux adhèrent totalement aux usages numériques, au point qu’ils sont déjà plus à l’aise dans l’usage du clavier (46%) et le tactile (29%) qu’avec un bon vieux stylo (seulement 20% se déclarent à l’aise) !
  • Chez les littéraires, le stylo reste une valeur sûre, avec 38% des suffrages, mais il est déjà surclassé par le clavier (40%), ce qui souligne combien l’évolution vers le numérique de cette population est rapide, sans doute plus qu’on ne le croit.
  • Sans surprise, le rapport à l’écriture des littéraires se distingue en matière d’intimité dans leur relation au papier, en particulier lorsqu’il s’agit de rédiger un courrier personnel : 41% des littéraires choisissent ainsi le papier pour coucher leurs émotions contre seulement 29% des matheux qui lui préfèrent la tablette ou le smartphone à 83%, mais en revanche un courrier classique implique littéraires et matheux de la même façon (68% des littéraires pour 65% des matheux).



BONJOUR TACTILE ET STYLET ? LES MATHEUX POLYVALENTS… LES LITTÉRAIRES PLUS RÉTICENTS ?

  • Dans la pratique, les matheux s’estiment prêts à réaliser de très nombreuses actions sur un écran tactile : consulter les news à 72%, écrire un courrier administratif à 70%, retoucher des photos à 68%, faire ses comptes à 66%, voire faire une grille de sudoku à 54%...
  • Si les littéraires passent directement du stylo au clavier pour écrire, ils sont moins prêts que les matheux à remplacer leur instrument d’écriture traditionnel par un stylet numérique : seulement 36% en effet des littéraires envisageraient la bascule du stylo vers le stylet, tandis que près d’un matheux sur deux y est prêt (47%).
  • Pour les deux catégories de population, un majorité, 69% de littéraires et 63% de matheux, considère l’usage privilégié du stylet comme étant en priorité celui du dessin. Viennent ensuite, pour les littéraires la prise de note et la retouche des photos à 58% dans les deux cas, et pour les matheux la prise de note à 61% et l’organisation des idées à 59%.



NUMÉRIQUE = CRÉATIVITÉ + PLAISIR : L’ÉQUATION GAGNANTE POUR 8 FRANÇAIS SUR 10 !

Les différences entre matheux et littéraires disparaissent quand on parle des bénéfices du numérique.
Ainsi, 71% des littéraires et même 75% des matheux estiment que les outils numériques permettent d’être plus créatifs.
Tous profils confondus, les Français expliquent que le digital et les outils numériques s’inscrivent dans leur quotidien de manière positive et boostent leur créativité. La technologie sert la créativité des utilisateurs qui le revendiquent aujourd’hui.

  • 70% des littéraires et 77% des matheux estiment par exemple que les outils numériques permettent de faire des choses qu’ils ne s’imaginaient pas pouvoir ou savoir-faire : réaliser un dessin, faire des retouches photos, modéliser une idée, concrétiser un projet.
  • Littéraires comme matheux apprécient à une très large majorité (82 et 85%) de passer du temps sur leur ordinateur ou tablette
  • Il est de plus en plus simple d’utiliser les outils numériques pour 82% des littéraires et 87% des matheux.

Document associé :

Fiche technique : 
Étude réalisée du 21 au 24 février 2017 auprès d’un échantillon représentatif de 1 096 Français, selon la méthode des quotas. L’étude a été réalisée par Internet auprès de l’Access Panel d’Ipsos

Fabienne Simon

Directrice Générale Adjointe, Ipsos Public Affairs

Sarah Duhautois

Fabienne Simon

Directrice Générale Adjointe, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :