De nouvelles attentes en matière de logement, notamment chez les jeunes

Développement des plateformes d’échanges entre particuliers, du nomadisme et de nouvelles formes d’activité, de la colocation et de nouveaux modes d’hébergement, du grand âge et de la dépendance, les modes de vie évoluent et ces évolutions transforment en profondeur notre rapport au logement. Les pratiques, les attentes et même les moyens utilisés pour trouver un logement ont en quelques années considérablement évolués.

Dans ce contexte, ORPI – premier réseau immobilier français – a confié à Ipsos la réalisation d’une grande étude sur les tendances et les nouveaux usages des Français en matière de logement pour identifier les évolutions et les enjeux futurs du marché de l’immobilier. Quels sont les nouveaux usages ? Quels sont les nouveaux outils de recherche d’un bien ? En quoi les nouvelles générations se distinguent ? Autant de questions auxquelles l’enquête apporte un certain nombre d’éléments de réponse.

POUR LES FRANÇAIS, LE SECTEUR DE L’IMMOBILIER VA CONNAITRE D’IMPORTANTES TRANSFORMATIONS DANS LES PROCHAINES ANNEES

Pour les Français, le secteur de l’immobilier va connaître de profondes transformations, en particulier dans la manière de trouver les biens. 66% des personnes interrogées dans l’enquête pensent que des évolutions importantes auront lieu dans la mise à disposition des informations pour louer ou acheter un logement. 63% des sondés pensent qu’il y aura d’importantes transformations dans les moyens mis à la disposition des personnes pour trouver le plus rapidement possible un logement. Les professionnels de l’immobilier vont accompagner ce mouvement d’après les Français. Une majorité d’entre eux (53%) estime que les services proposés par les agences immobilières vont connaître d’importantes évolutions dans les cinq prochaines années. Certaines de ces évolutions sont déjà à l’œuvre comme le montre notamment le développement du digital dans les outils de recherche.

LE NUMERIQUE AU CŒUR DES NOUVEAUX COMPORTEMENTS DE RECHERCHE IMMOBILIERE

Les outils numériques sont très utilisés par les Français, y compris dans le domaine de l’immobilier, et beaucoup vantent leur efficacité dans la recherche d’un logement. 42% des sondés ont déjà géolocalisé par internet les biens immobiliers disponibles à l’endroit de leur recherche et 27% considèrent que cela a facilité leurs recherches. 36% ont déjà effectué des visites virtuelles de logement par internet et 22% ont apprécié leur utilité. Sans surprise, ces pratiques sont davantage répandues chez les jeunes. 49% des moins de 35 ans ont déjà géolocalisé un bien immobilier sur internet, 43% des 18-24 ont déjà effectué des visites virtuelles. Les moins de 35 ans ont d’ores-et-déjà une approche de la recherche immobilière très axée sur le numérique. Toutefois, ces pratiques se développent également chez les plus âgés. 39% des 60 ans et plus, ont déjà géolocalisé un bien tandis que 35% ont déjà visité virtuellement un logement.

La digitalisation des démarches de recherche favorise aussi l’échange entre clients. 35% ont déjà consulté sur internet les avis sur une agence ou un réseau immobilier, 21% ont déjà consulté les réseaux sociaux pour trouver un bien immobilier ou une agence immobilière.

DE NOUVELLES ATTENTES EN MATIERE DE LOGEMENT APPARAISSENT CHEZ LES JEUNES TANDIS QUE L’ACCESSION A LA PROPRIETE RESTE UNE ETAPE INCONTOURNABLE POUR TOUTES LES GENERATIONS

L’autre évolution qui pourrait impacter durablement le marché de l’immobilier concerne la transformation des attentes et les aspirations des jeunes générations en matière de logement. Interrogés très directement sur le sujet dans l’enquête, les moins de 35 ans considèrent dans leur majorité (66%) que leurs attentes dans le domaine du logement sont différentes de la génération de leurs parents. Concrètement, une nette majorité dit avoir des aspirations différentes en termes de type de quartier (60%), de surface des différentes pièces (59%) et de commerces et de services de proximité (55%).

Cela étant, les critères de recherche d’un nouveau logement restent relativement classiques et communs à toutes les générations. En dehors du prix, les Français accordent beaucoup d’importance à la présence des commerces à proximité (95%), à l’offre en termes d’espaces verts (89%) et de transports en commun (88%). Et s’il existe des variations entre les jeunes et leurs ainés, il s’agit surtout d’effets d’âge plutôt que de véritables effets de générations. Ainsi, les moins de 35 ans soulignent davantage l’importance des établissements scolaires et de formation à proximité, alors que les 65 ans mettent l’accent sur le niveau et la qualité des établissements de santé et la proximité des services de police.

Outre que sur des critères de recherche communs, les Français – jeunes et plus âgés – s’accordent également sur l’importance de l’accession à la propriété qui reste pour tous une étape incontournable du parcours de vie. Pour une très large majorité de personnes interrogées (78%), devenir propriétaire de son logement principal est quelque chose d’important. C’est même « prioritaire » pour plus d’un Français sur deux (54%). Acheter son logement constitue une priorité pour 55% des moins de 35 ans, 56% des 35-65 ans et pour 51% des plus de 65 ans. Près d’un jeune de moins de 35 ans sur quatre (24%) estime même que l’accession à la propriété est plus important pour eux que pour la génération de leurs parents (contre 36% pour qui c’est moins important et 40% tout aussi important).

ECHANGE DE BIENS, TEMPS PARTAGE ENTRE PLUSIEURS LOGEMENTS, RESIDENCES DE SERVICES, QUELS SONT LES NOUVEAUX USAGES EN MATIERE DE LOGEMENT ?

 

Si l’accession à la propriété reste une étape clé, cela n’empêche pas l’émergence de nouveaux usages en matière de logement. 15% des Français disent avoir un bureau dans leur logement pour pouvoir travailler plus souvent de chez eux (23% des cadres et 20% des diplômés du supérieur) ; 8% ont déjà tenté l’expérience de la colocation (18% des 18-24 ans, 17% des 25-34 ans) et 7% disent partager leur semaine entre la ville et la campagne, la montagne ou la mer.

Pour le moment ces pratiques restent l’exclusivité d’une petite partie de la population française mais beaucoup se montrent intéressés par les nouveaux usages en matière de logement. 50% des Français pourraient accepter d’échanger leur logement avec d’autres personnes pendant les vacances (58% des moins de 35 ans et 61% des plus diplômés), 46% de louer une chambre de son logement pour avoir un complément de revenus, 37% d’aller vivre à l’étranger une ou plusieurs années en échangeant leur logement avec une autre personne (47% des plus diplômés, 50% des plus hauts revenus), 28% de vivre en colocation avec des amis proches (52% des 18-24 ans) et 32% de mettre en location leur logement sur des sites internet pour le louer, même quelques jours (43% des moins de 35 ans, 41% des cadres).

De nouvelles tendances émergent également auprès des séniors. Dans un contexte économique de plus en plus contraint, les retraités sont de plus en plus préoccupés par leur pouvoir d’achat. Là-encore, beaucoup de personnes de 65 ans et plus se disent intéressées par le fait de louer à un/une étudiant(e) une chambre de leur domicile avec l’assurance que la personne respecte ses règles de vie (40%) ou de proposer une chambre à un/une étudiant(e) en échange de services (38%). En revanche, vivre dans une résidence ou une grande maison avec des amis proches est une solution qui n’intéresse qu’une petite minorité de retraités (21%).

Pour les séniors, c’est surtout la prise en charge de la dépendance qui constitue un enjeu en matière d’immobilier. S’ils y étaient confrontés dans les années qui viennent, une très large majorité des personnes âgées de 65 ans et plus privilégieraient le maintien au domicile quitte à effectuer des travaux d’aménagements au sein du logement (77%), bien plus que d’aller dans un appartement au sein d’une résidence médicalisée (14%), dans une maison de retraite (5%) ou de vivre chez un membre de la famille (4%). C’est surtout dans l’adaptation des logements que devraient se concentrer les investissements immobiliers des particuliers liés à la prise en charge du grand âge.

Vincent Dusseaux

Directeur d'études, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :