Tous sourds face aux risques auditifs ?

La semaine du son sensibilise le public et tous les acteurs de la société à l’importance des sons et de la qualité de notre environnement sonore. L'organisme a mené une étude avec Ipsos sur les pratiques sonores des jeunes aujourd'hui, avec le soutien de la Direction Générale de la Santé (DGS), de l’association AGIR POUR L’AUDITION et de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES).  

1 PARENT SUR 3 (28%) NE SAIT PAS ÉVALUER L’AUDITION DE SON ENFANT DE 0 À 6 ANS

 

Les « jeunes » se disent sensibilisés aux risques auditifs :

  • 95% des 7-12 ans
  • 80% chez les ados

Ils le sont par leurs parents…  loin devant les professionnels de santé !

35% des parents de 0-6 ans estiment que leur enfant a été sensibilisé.


POURTANT

1 PARENT SUR 4 (22%) ET 1 ADO SUR 3 (34%) CONSIDÈRENT QUE LES RISQUES AUDITIFS CONCERNENT MOINS LES ENFANTS QUE LES ADULTES !

La Semaine du Son. — La bonne réponse est non ! Nous sommes tous concernés par les risques auditifs bien qu’étant inégaux face à eux... Bien des dommages peuvent se révéler irréparables… Alors pourquoi cette réponse ? Des pistes : la malaudition serait-elle perçue un problème de « vieux » ? Lorsque l’on est jeune, se croit-on invicible ?


POURTANT

LES JEUNES ET LES PARENTS ONT TENDANCE À NE PAS AGIR FACE À UN TROUBLE DE L’AUDITION 

  • 41% des 7-12 ans déclarent : « je ne l’ai pas dit à mes parents »
    - Et pour ceux qui en ont parlé, ils sont 26% à dire « mes parents m’ont emmené chez le médecin »
  • 43% des 13-19 ans : « je n’ai rien fait »
  • 18% des parents des 0-6 ans n’ont rien fait

 

La Semaine du Son. — Face à un trouble de l’audition, il est nécessaire de consulter : médecin généraliste, urgences, médecin ORL au plus vite. A noter que seul 1 parent sur 2 déclare avoir déjà été, lui-même, sensibilisé aux risques auditifs ! Alors que ce sont justement les parents qui sensibilisent les plus jeunes Autre point, la règle principale qu’ils transmettent consiste à gérer le volume. Quid des autres bonnes mesures ? Sont-elles suffisamment connues des parents ?

LES 13-19 ANS DÉCLARENT ÉCOUTER AVEC UN CASQUE OU DES ÉCOUTEURS 2 HEURES EN MOYENNE PAR JOUR

Le casque audio / écouteurs est plus fréquemment utilisé chez soi puis lors des déplacements sur les longs trajets, pour toutes les tranches d’âge. Les jeunes écoutent au casque principalement pour s’isoler :

  • Pour 91% des ados
  • Pour 84% des 7-12 ans
  • Et, d’après leurs parents, « pour l’isoler pour 63% des 0-6 ans »…

62% des parents de 0-6 ans dont le plus jeune enfant utilise un casque déclarent (soit 21% des parents) : « il m’arrive d’entendre ce que mon enfant écoute sous son casque ».

La Semaine du Son. — Il y a 2 hypothèses. Soit le casque est mal ajusté et pas assez isolant. Il peut être alors tentant de monter (trop) le son. Soit la musique est tout simplement trop forte… Difficile à ce jeune âge de bien savoir gérer le son !

D’APRÈS LEURS PARENTS, PRÈS D’1 ENFANT SUR 10, ENTRE 0 ET 2 ANS,  S’ENDORT DANS SON LIT AVEC UN CASQUE SUR LES OREILLES

La Semaine du Son. — L’oreille a besoin de pauses… Ecouter au casque toute une nuit, c’est trop ! 
Le Ministère de la Santé préconise d’ailleurs de faire une pause de 30 minutes toutes les deux heures d’écoute ou de 10 minutes toutes les 45 minutes. Au-delà des seuls enjeux de santé auditive, le casque serait-il en passe de devenir la berceuse moderne dont on se servirait pour endormir les enfants ?

Fiche technique :
Échantillon de plus de 1 500 individus dont 1 013 enfants de 7 à 19 ans (2 tranches d’âge). Échantillons nationaux représentatifs de populations interrogées : parents d’enfants de 0 à 6 ans, enfants de 7 à 12 et adolescents de 13 à 19 ans selon la méthode des quotas issus des données de l’INSEE.

Luc Barthélémy

Directeur d’études, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :