Deuxième vague de l’Observatoire de l’égalité d’accès aux soins

Dans un contexte économique difficile où le système de soins français fait l’objet de nombreux débats et projets de réforme, la Fédération Hospitalière de France (FHF) publie pour la deuxième année consécutive son Observatoire de l’égalité d’accès aux soins.

A l’heure où le projet de loi de « modernisation du système de santé » soutenu par Marisol Tourraine vient d’être adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale, quelles perceptions ont aujourd’hui les Français de l’accès aux soins en France ? Comment l’hôpital public français est-il perçu ? Quels sont ses atouts, ses faiblesses ? Quelles améliorations peuvent y être apportées ? Que pensent-ils des réformes engagées ou en en projet ? Quelles concessions sont-ils prêts à faire ?
Autant de questions auxquelles la FHF a souhaité apporter des réponses en réalisant cette enquête du 10 au 16 Avril 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 001 Français âgés de 18 ans et plus (méthode des quotas INSEE : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération).

84% des Français ont aujourd’hui une bonne image de l’hôpital public français.

  • 84% jugent l’hôpital public efficace,
  • 80% à la pointe des nouvelles technologies,
  • 72% estiment qu’il sait s’adapter au monde d’aujourd’hui.


Pour autant, 89% estiment que l’hôpital public est en danger.

Les principales menaces qui pèsent sur lui : manque de personnel (70%) et exigences de rentabilités économiques (58%).

Malgré la crise, le système de soins doit être préservé :

1 Français sur 2 (49%) estime qu’on ne peut plus faire des économies importantes pour réformer le système de santé sans mettre en danger la qualité des soins apportés aux patients.

Dès lors des pistes de réformes sont envisagées par les Français :

  • Réforme territoriale : 71% sont favorables à une répartition équitable des médecins sur le territoire quitte à leur imposer un lieu d’exercice.
  • Réforme des urgences : 1 Français sur 2 (56%) juge souhaitable et indispensable d’inciter les patients à consulter d’abord un médecin généraliste avant d’aller aux urgences en cas de léger problème de santé.
  • Réforme de l’hospitalisation : Hospitaliser les patients à leur domicile chaque fois que cela est possible ou opérer les patients et les faire sortir le jour même chaque fois que cela est possible est indispensable pour environ 8 Français sur 10, et souhaitable pour la moitié d’entre eux.

Un sanctuaire demeure : le niveau de remboursement des frais de santé : les trois quarts des Français jugent ni souhaitable ni indispensable de diminuer les remboursements de la sécurité sociale ou d’augmenter le niveau des cotisations aux mutuelles.

Luc Barthélémy

Directeur d’études, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :