Pratiques photo des Français : les tendances 2014

Alors que smartphone et tablette continuent leur progression dans les foyers français, les derniers résultats du baromètre des pratiques photographiques, réalisé par Ipsos pour l’API*, montre que les appareils photo numériques restent au cœur des usages.

En 2014, les pratiquants de photographie numérique sont autant équipés en compact qu’en smartphone (respectivement 72% et 74%), tandis que plus d’un sur cinq possèdent un reflex : des taux d’équipement qui se maintiennent par rapport à 2013. Les compacts demeurent la clé d’une pratique simple, pour un bon rapport qualité/prix, alors que le reflex est loué pour ses qualités techniques et esthétiques. De nouveaux segments d’usagers émergent par ailleurs : les utilisateurs de sport cam (6%) et d’appareils à développement instantané (3%).  Ceux-ci sont en demande d’une pratique encore plus intuitive, tout terrain et permettant des résultats concrets immédiats.

La photographie : un usage narcissique, ludique, social

En 2014, le selfie se maintient : près d’un Français sur deux déclarent se prendre eux-mêmes régulièrement en photo. Les notions de communication et d’amusement font désormais partie intégrante de la pratique photographique. Ce sont ainsi près de deux tiers qui reconnaissent une fonction divertissante à la photo (entre autres). Les nouveaux écrans et nouvelles fonctions (type fonction wifi des appareils photos) ont popularisé de nouvelles pratiques : mise en ligne de photos (46% le font), envoi via MMS (62%), ou via des applications d’échange instantané (16%). Ces pratiques d’échange demeurent importantes en 2014 mais il est toutefois à noter qu’elles ne s’inscrivent pas dans une dynamique aussi importante que celle observée entre 2011 et 2013.

…mais pas que : l’intérêt pour la formation traduit un véritable engagement dans la pratique photographique

Le baromètre révèle que 48% des pratiquants de photo sont intéressés par une formation à la photographie. Un pourcentage qui se renforce certes avec le niveau de complexité de l’appareil possédé mais qui est loin d’être négligeable même pour les appareils perçus comme faciles d’utilisation : compact ou encore smartphone et tablette. Ce désir de maîtriser les codes de la photographie est à la fois le signe d’un attachement fort à la pratique photographique et plus généralement le signe d’une plus grande ouverture à l’apprentissage et la formation. Dans tous les domaines de la vie, on cherche en effet à maîtriser le « comment faire ».

Le cloud gagne peu à peu la confiance des Français ; l’impression professionnelle résiste au tout virtuel.

Si la méfiance à l’égard des sites Internet de stockage de photos reste forte, elle tend à se résorber. En 2014, 34% des pratiquants photos ont confiance en les « clouds », contre 26% en 2010 : une progression lente mais continue. Le tout virtuel n’est donc pas encore au programme et les pratiques d’impression se maintiennent. Plus de 70% des utilisateurs de reflexs, compacts et bridge font imprimer des photos prises avec ces appareils. Phénomène nouveau : l’impression n’est plus seulement réservée aux photos de très grande qualité. De plus en plus de possesseurs de smartphone font en effet imprimer des photos qu’ils ont réalisées avec leur smartphone : 44% en 2014 contre 36% en 2013.

*L’Association pour la Promotion de l’Image (API) rassemble, en France, l’ensemble des organisations représentatives des métiers de l’image : les fabricants de matériels et accessoires, la distribution et les photographes professionnels.

Fiche technique
Chaque année depuis plus de 10 ans, l’API réalise avec IPSOS un baromètre qui offre un panorama complet des pratiques photographiques des français dans un contexte de profonde mutation technologique. L’étude est réalisée sur un échantillon représentatif de 1000 pratiquants de photo numérique (sur des critères d’âge, de sexe, de région, de taille d’agglomération, de taille du foyer, de CSP du chef de foyer)Les données ont été recueillies en juillet 2014.


Fabienne Simon

Directrice Générale Adjointe, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :