De la maison « cocon » à la maison « salon » : Les Français à l’heure de la « Déco-manie »

La maison est aujourd’hui devenue un observatoire privilégié des modes de vie des Français. A travers leur rapport à la décoration (leurs pratiques, leurs préférences, leurs aspirations), c’est toute une société qui nous est ainsi révélée dans ses envies de convivialité et d’authenticité. Une étude réalisée par Ipsos pour But* fait le point sur cette question.

LES FRANÇAIS ET LEUR « DÉCO-MANIE »

Premier enseignement de l’étude : la majorité des Français peuvent aujourd’hui être considérés comme adeptes d’une véritable « Déco-manie ».
En effet, la plupart d’entre eux mettent en avant la place centrale qu’occupe la décoration dans leur vie. Ainsi, plus de 3 Français sur 4 (77%) se montrent intéressés par le sujet de la décoration intérieure, parmi lesquels 40% se disent même « énormément » ou « beaucoup » intéressés. De même, plus de la moitié d’entre eux (52%) déclarent donner une grande importance à la décoration intérieure de leur logement, quand 13% seulement admettent n’y accorder qu’une faible importance.
Au-delà de cette déclaration d’intention, nombreux sont les signes concrets qui montrent que la majorité des individus sont réellement investis dans le domaine de la décoration, et y consacrent du temps et de l’énergie:
- 2 Français sur 3 avouent aimer flâner dans les magasins de décoration, même s’ils n’achètent pas toujours quelque chose
- Environ 1 individu sur 2 (47%) achète des objets de décoration au moins une fois par an
- La tentation de l’achat d’impulsion est forte : 50% des Français admettent que, lorsqu’ils ont un coup de cœur pour un objet de décoration, ils ont tendance à craquer et à l’acheter (cette tentation diffère néanmoins selon les produits, concernant en tout premier lieu le canapé / sofa),
- Enfin, la très grande majorité des Français (81%) se disent sûrs de leur goût en matière de décoration intérieure

Et cette «Déco-manie» ne semble pas près de s’arrêter, comme tend à le démontrer l’analyse des résultats en fonction des générations.


En effet, si, sans surprise, les femmes se montrent globalement plus impliquées que les hommes dans le domaine de la décoration, cette différence est surtout vraie chez les plus âgés mais tend à s’atténuer fortement chez les plus jeunes. Ainsi, 35% des hommes de 25-34 ans déclarent s’intéresser beaucoup à la décoration, quand c’est le cas pour seulement 23% des 55-65 ans. Principalement féminin chez les plus âgés, l’intérêt pour la décoration devient peu à peu mixte au fil du temps. Les hommes de la génération Y apparaissent alors comme un relais de choix pour le futur de la «Déco-manie» des Français…


LA FIN DU COCOONING ? DE LA MAISON «COCON» À LA MAISON «SALON»

Si la plupart des Français décorent leur logement avant tout pour eux-mêmes (2 individus sur 3 disent préférer passer du temps chez eux plutôt qu’à l’extérieur), telle n’est pas leur unique motivation. Le souci des autres est également très présent: ainsi, 79% d’entre eux disent aimer inviter des gens chez eux, et 58% estiment qu’« en matière de décoration intérieure, il est important de montrer aux autres qu’on a du goût ».


C’est que le logement n’est pas seulement un cocon protecteur où l’on se réfugie avec ses proches, mais également un lieu d’ouverture et de convivialité.


Ainsi, les Français plébiscitent les « pièces à vivre » de leur logement : le salon est de loin leur pièce préférée (choisie comme telle par 41% d’entre eux), devant la salle à manger (18%) et la chambre (14%). De plus, le salon et la salle à manger sont identifiés comme étant également les pièces les plus importantes à décorer (pour environ 80% des Français) : le souci esthétique en matière de décoration est donc avant tout concentré dans les pièces où l’on reçoit ses proches.
Mais la recherche de convivialité ne se cantonne plus au salon et à la salle à manger et déborde vers d’autres pièces. Ainsi, la cuisine n’est plus uniquement vouée à ses fonctions « classiques » (cuisiner, prendre ses repas quotidiens), mais devient à son tour un lieu de convivialité : parmi les choses que les Français font régulièrement dans leur cuisine, 38% discutent, échangent avec leurs proches, 21% reçoivent des amis, 20% prennent l’apéritif et 20% téléphonent à leur entourage.


PRIORITÉ AUX VALEURS ESSENTIELLES : LES FRANÇAIS PLÉBISCITENT LES STYLES NATURE ET CAMPAGNE


Les personnes interrogées dans cette étude ont eu à définir, via des visuels qui leur étaient montrés, leurs 2 styles de décoration préférés parmi une liste de 8.
Le résultat est sans ambiguïté. Deux styles de décoration se détachent en effet très nettement du reste : le style « épuré / nature », choisi par 50% des interviewés, et le style « campagne », choisi par 46% d’entre eux. Le choix de ces 2 styles, relativement proches l’un de l’autre, exprime avant tout une priorité donnée à des valeurs fondamentales : simplicité, nature, authenticité, priorité à l’essentiel. Il ne s’agit cependant pas ici d’une simple nostalgie à l’égard de la décoration du passé, mais de la volonté de concilier retour aux sources et décoration intérieure dans l’air du temps. Les styles suivants arrivent loin derrière (style « design » : 28%, style « charme » : 27%, style industriel / loft » : 17%).


A noter que ces deux styles font l’unanimité et arrivent en tête quelle que soit la population considérée, chez les hommes comme chez les femmes, chez les plus jeunes comme chez les plus âgés. Il est d’ailleurs remarquable de constater que les réponses des hommes et des femmes sont quasiment les mêmes : en matière de choix de décoration, il n’y a pas d’opposition entre un « univers masculin » et un « univers féminin » bien marqués.


LES CONTRADICTIONS DES FRANÇAIS : SÛRS DE LEUR GOÛT MAIS EN QUÊTE DE CONSEILS


Au premier abord, la majorité des Français peuvent apparaître comme de vrais connaisseurs en matière de décoration, sûrs de leurs goûts et de leurs choix. En effet, 4 individus sur 5 ont confiance en leur goût personnel et 58% d’entre eux estiment qu’ils « trouvent seuls leurs propres idées en matière de décoration intérieure et qu’ils n’ont pas besoin d’autres sources d’inspiration ».


La réalité est néanmoins un peu plus nuancée. Tout d’abord plus d’1 Français sur 3 (35%) estime avoir « besoin de se faire conseiller pour savoir comment décorer son intérieur », et 37% d’entre eux admettent qu’ils aimeraient d’occuper davantage de leur décoration mais sont bloqués par le manque d’idées.


Par ailleurs, 9 Français sur 10 admettent s’appuyer sur au moins une source d’influence pour trouver leurs idées en matière de décoration.


A ce titre, les magasins et catalogues sont des sources d’influence de premier choix, et restent des références fondamentales dans un monde où le digital prend de plus en plus d’importance : 56% des Français considèrent que les magasins de décoration et d’ameublement leur permettent de trouver des idées, et presque autant (48%) en disent de même des catalogues des enseignes.


Les médias (surtout les émissions TV, mais aussi les articles de presse) et l’expérience « terrain » (la décoration que l’on voit chez les gens que l’on fréquente, ou lors de vacances) viennent juste après.


Enfin, les sources sur Internet (blogs, réseaux sociaux, newsletters de marques) restent assez secondaires, sauf les sites des marques et enseignes de décoration, identifiés comme une source d’influence par 25% des individus.


LA « DÉCO-MANIE » DES FRANÇAIS EN 3 TYPES


La construction d’une typologie, destinée à résumer le rapport des Français à la décoration, a permis d’identifier 5 types bien distincts de Français, dont 3 peuvent être considérés comme adeptes de la « Déco-manie ».
          Les « Addicts » (16% de la population) 
Plus jeunes que la moyenne, et souvent actifs CSP+, ce sont de loin les individus les plus fans de décoration de l’échantillon. Ils y consacrent beaucoup de temps et d’argent, sont toujours à la recherche de nouvelles idées, mais sont également prêts à se faire conseiller. Ils fréquentent tous les circuits d’achat beaucoup plus que les autres.
          Les « Coachés » (26% de la population) 
Plutôt des couples aisés, propriétaires de leur maison, ils accordent une grande importance à la décoration de leur logement, par souci esthétique mais aussi pour l’image que leur décoration renvoie d’eux-mêmes. Ils admettent manquer d’idées et de créativité, et sont très en demande de conseils d’experts. Ils achètent surtout dans les grandes surfaces spécialisées en décoration.
          Les « Makers » (26% de la population)
Principalement des femmes ayant des revenus modestes, ils compensent leur manque de moyens par un sens de la débrouillardise et de la créativité. Peu tentés par l’achat « coup de cœur », ils trouvent des idées et des bonnes occasions dans les brocantes et vide-greniers, et beaucoup fabriquent leurs propres objets de décoration.

Thibaut Nguyen

Directeur Trends & Prospective, Ipsos Public Affairs

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

Les derniers commentaires :

sylvainn

Le 20/02/15 à 11h53

Superbe article. mais qu appelle t on les independants et les desimpliques?

A la une en ce moment :