Facebook est-il mort ?

Facebook serait-il victime de son succès ? C’est le point de vue de Daniel Miller, chercheur britannique de l'université du Collège de Londres, qui constatait, en décembre 2013, que les adolescents britanniques le délaissaient car leurs parents auraient investi le réseau social, ce qui le rendrait moins « cool » à leurs yeux. Le lancement en avril 2014 du nouveau réseau social Ello est perçu comme un signal de la fin de la croissance de Facebook. Faut-il déjà considérer Facebook « mort et enterré » ? Pas si sûr. Aura Mundi et de l’Argus de la presse en collaboration Ipsos-Steria font le point sur Facebook et les Français.

Facebook est le réseau social n°1 en France

Les résultats de l’enquête révèlent qu’aujourd’hui, en France, Facebook est devenu le réseau social de référence. En effet, Facebook dispose d’un taux de reconnaissance de 97% auprès de la population française, et arrive en tête des réseaux sociaux en volume d’inscription (62% de la population est inscrite sur Facebook) et en volume d’utilisation (42% de la population est active sur Facebook). Facebook est ainsi le réseau social le plus utilisé en France.

 

Facebook est-il en perte de vitesse ?

Et si Facebook devenait victime de son propre succès ? Rien de tel pour l’instant. Pour 62% des sondés il y a de plus en plus (36%) ou toujours autant (26%) de gens qui utilisent Facebook dans leur entourage. Seuls 14% estiment qu’il y en a de moins en moins d’utilisateurs.

 

Et les jeunes, délaissent-ils le réseau social n°1 ? Au contraire, ils y sont très présents avec 84% des 15-24 ans, et 80% des 25-34 ans qui possèdent un profil Facebook. Le site attire par ailleurs au-delà des jeunes générations : 64% des 35-44 ans ont un profil, 61% des 45-54 ans et même 45% des 55 ans et plus.

 

Les nouveaux réseaux sociaux font-ils de l’ombre à Facebook ? Le réseau social de Marc Zuckerberg reste leader dans l’esprit des Français. Près de trois Français sur quatre (73%) considèrent que c’est aujourd’hui le réseau social « le plus actif et le plus dynamique ». 76% des 15-24 ans partagent ce sentiment, ainsi que 78% des 25-35 ans.

 

Quant à la question de savoir si l’arrivée des parents sur Facebook est annonciatrice de sa mort. D’une part, seulement un tiers des utilisateurs ont leurs parents présents dans leurs contacts. De l’autre, cette présence n’est pas synonyme de restriction pour les utilisateurs concernés (72% considèrent que cela n’a pas d’impact sur leur usage)… et ce même pour les plus jeunes (75% des 15-24 ans), qui n’ont visiblement rien à cacher à leurs parents !

 

Facebook reste donc aujourd’hui bien installé dans les pratiques des Français. En effet, 42,5% des utilisateurs actifs déclarent passer plus de temps sur Facebook que lorsqu’ils se sont inscrits. Et pour 71% des utilisateurs, l’usage de Facebook représente une part importante du temps passé sur Internet. Facebook occupe donc une place prépondérante dans le quotidien de ses utilisateurs, au point que 39% d’entre eux se passeraient difficilement de lui.

 

Crédit photo : Gil C / Shutterstock.com

Fiche technique :

L’enquête a été réalisée par internet du 14 au 19 mai 2014 auprès d’un échantillon de 1 005 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée grâce à la méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, catégorie d’agglomération et région.

Etienne Mercier

Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Christelle Craplet

A la une en ce moment :