Soldes d’été 2014 : l’achat plaisir progresse

Tout en restant prudents sur les dépenses à engager, les Français confirment leur souhait de se faire plaisir. Ils sont ainsi plus nombreux que l’an dernier à déclarer leur intention de faire les soldes (76%) et parmi eux, à témoigner d’une volonté de se faire plaisir par un achat spontané (86%). Le centre commercial demeure un lieu de shopping largement plébiscité, puisque 82% de ceux qui envisagent d’aller faire les soldes comptent s’y rendre. La contrainte économique est cependant toujours bien présente : près de 30% des Français déclarent en effet être amenés à acheter moins, y compris pendant les soldes…

 

Réalisée par Ipsos/Steria à la demande du CNCC (Conseil National des Centres Commerciaux) et menée chaque année depuis 2010, cette enquête a pour objectif d’observer les évolutions des pratiques d’achat des Français lors des soldes d’été.

Les Français témoignent cette année d’une volonté renforcée de profiter des soldes d’été par rapport à l’année dernière (76% contre 71% en 2013), sans pour autant rattraper les scores des années antérieures. La chasse aux bonnes affaires continue d’être la motivation principale de ceux qui ont l’intention d’aller faire les soldes (95%). Plus de la moitié d’entre eux (52%) comptent d’ailleurs s’y rendre, comme les années précédentes, dès les premiers jours.

Plus concrètement, 86% des Français ayant l’intention d’aller faire les soldes manifestent une réelle envie de se faire plaisir en effectuant des achats non anticipés. Ce chiffre vient confirmer une tendance qui n’a cessé de s’affirmer ces quatre dernières années, et  se traduit par une augmentation de 15 points depuis 2010. Autre signe positif, le budget moyen déclaré par ceux-ci est de 226€, soit en hausse de 18€ par rapport à 2013. Le budget réservé aux soldes retrouve ainsi son niveau de 2012, mais reste encore éloigné des montants déclarés les années précédentes.

L’achat plaisir demeure néanmoins empreint de prudence. La crise est en effet toujours bien présente dans l’esprit des Français : un nombre croissant d’entre eux (33% en 2014, +12 points par rapport à 2012) a ainsi l’impression d’être au cœur même de celle-ci. Moins nombreux que l’année dernière, 42% des Français pensent quant à eux, que le gros de la crise est encore à venir. La retenue reste donc de mise : près de 30% déclarent être amenés à acheter moins, y compris en période de soldes, un chiffre qui se maintient depuis trois ans, après avoir fortement augmenté en 2012.

Par ailleurs, les Français ayant l’intention de faire les soldes procèdent dans leur majorité (55%) à des repérages, confortant une tendance à la hausse de cette pratique depuis quatre ans. Surtout, ils sont de plus en plus nombreux à combiner dans leurs recherches les canaux de distribution physiques et internet. 30% d’entre eux déclarent ainsi faire des repérages à la fois en magasin et sur internet, contre 23% en 2010.

Dans ce contexte, les centres commerciaux s’imposent toujours comme le lieu privilégié de l’acte d’achat, où 82% des français ayant l’intention de faire les soldes prévoient de se rendre. Les vêtements pour femme et les chaussures sont, comme l’année dernière, en tête des prévisions achats pour ces soldes d’été (avec respectivement 65% et 66% d’acheteurs déclarés). Après l’habillement, le secteur de l’électrodomestique et de l’électroménager est le plus plébiscité par les Français pour leurs achats en centres commerciaux, avec un score de 26% (en hausse de 6 points par rapport à 2013). Parallèlement, Internet est également un mode d’achat apprécié par une majorité des Français ayant l’intention de faire les soldes (71%, +3 points par rapport à 2012), notamment pour les vêtements (femmes et hommes) et les chaussures.

Fiche technique :

Cette enquête a été réalisée en ligne du 6 juin au 10 juin 2014 auprès de 1004 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 16 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, responsable des achats,  activité, région et taille d’agglomération).

Thibaut Nguyen

Directeur Trends & Prospective, Ipsos Public Affairs

A la une en ce moment :