Ville numérique : les Français entre méconnaissance et attentes fortes

L’étude « Ville Numérique » réalisée pour Microsoft démontre notamment que 87% des Français jugent utile  le développement des services numériques de leur ville  dans les années à venir.

 

1. Les Français méconnaissent l’utilisation des services numériques par leurs municipalités, mais estiment que celles-ci n’ont pas encore pris l’entière mesure de cet enjeu

- Le numérique facilite le quotidien pour 90% des Français

La quasi-totalité des Français (90%) considère que le développement des services numériques et des nouvelles technologies contribue à leur simplifier la vie au quotidien, dont près d’un tiers (31%) « beaucoup ».

Si les avantages de ce développement sont unanimement reconnus pour ce qu’il a apporté par le passé, il en va de même pour ce qu’il peut apporter à l’avenir : 85% pensent que les services numériques et les nouvelles technologies vont leur simplifier la vie à l’avenir. D’ailleurs, 46% pensent que les plus grandes innovations sont à venir et 33% qu’elles ont  déjà eu lieu mais ne se sont pas encore répandues dans la population (seulement 14% pensent que les plus grandes innovations ont déjà eu lieu et se sont déjà répandues).

-  Moins de la moitié des Français (44%) estime que sa municipalité utilise les services numériques ; beaucoup (un quart, 27%) méconnaissent en fait ce sujet

Si les Français semblent donc en très large majorité convaincus que leur quotidien va être bousculé, dans le bon sens du terme, par les innovations numériques, ils sont en revanche moins convaincus par la capacité des villes à en mesurer l’importance.

Tout d’abord, seuls 44% estiment que leur municipalité utilise actuellement les services numériques, 29% estimant qu’elle ne les utilise pas et un quart (27%) ne sachant pas répondre à cette question, soulignant la méconnaissance de l’opinion à ce sujet.

Près des deux-tiers (62%) d’entre eux pensent par ailleurs que les municipalités en général considèrent l’utilisation des technologies du numérique comme un enjeu important, mais ils ne sont que 46% à penser de même en ce qui concerne leur propre municipalité.

Sur ce sujet, ce sont les jeunes (âgés de moins de 35 ans) et les personnes habitant en milieu rural qui s’avèrent les plus critiques vis-à-vis de leur propre municipalité : seuls un tiers d’entre eux (respectivement 37% et 33%) pensent que celle-ci considère l’utilisation des technologies du numérique comme un enjeu important. A l’inverse, 56% des habitants d’agglomérations de plus de 100 000 habitants partagent cet avis. Il semble donc y avoir sur cette question un clivage entre zones rurales et zones les plus urbanisées, les premières se percevant à l’écart.

Enfin, 12% des Français seulement considèrent leur municipalité comme « en avance » en ce qui concerne l'utilisation des nouvelles technologies et du numérique. Près d’un tiers (29%) pensent au contraire qu’elle est « en retard » et 43% « ni en avance ni en retard ». Là encore, jeunes et ruraux sont plus critiques. La proximité personnelle avec les nouvelles technologies joue également sur cette perception : les Français ayant un smartphone et/ou une tablette numérique pointent en plus grande proportion le retard de leur municipalité.

2. Les services numériques jugés utiles par près de 9 Français sur 10, et cela dans des domaines multiples et variés

-  Le développement des technologies du numérique dans les municipalités jugé utile par 87% des Français

Parce que les Français ont dans leur grande majorité conscience du rôle que peuvent jouer les services numériques dans l’amélioration de leur quotidien et que dans le même temps, une part non négligeable d’entre eux pointe du doigt le retard de leur municipalité dans l’intégration de ses services, il n’est pas étonnant que 87% d’entre eux pensent que le développement et l’utilisation des technologies du numérique par les municipalités peut être utile aux habitants dans les années à venir et que 80% pensent que c’est un enjeu important pour les villes dans les années à venir. Une opinion partagée par l’ensemble des catégories de population, et davantage encore par les individus les plus aisés et par ceux qui ont un smartphone ou une tablette.

-  Les services numériques jugés utiles surtout pour les services administratifs (49%), l’éducation (34%) et la santé (33%)

Les domaines dans lesquels ces technologies sont considérées comme les plus utiles sont avant tout les services administratifs (49% des Français pensent que c’est dans ce domaine qu’elles peuvent l’être le plus), les services liés à l’éducation / scolarité (34%) et la santé (33%), devant la maîtrise de la consommation d’eau et d’énergie (29%), les transports / la circulation (26%), puis très minoritairement, les relations entre les habitants et leurs élus (14%) et enfin, le logement (7%). On le voit bien ici, il existe donc toute une palette de domaines dans lesquels le numérique peut faciliter la vie au quotidien des habitants.

-  Les principaux avantages perçus : le gain de temps (58%) et d’argent (51%)

Les principaux atouts attribués au développement de ces services numériques s’expriment dans leur capacité à faire gagner du temps (un atout perçu par 58% des Français) mais également de réduire leurs factures (pour 51%) ou encore de maîtriser la consommation d’énergie (pour 41%). Ensuite, pour 38% des Français, l’atout de ces nouvelles technologies est l’amélioration de l’accès aux soins, pour 27% celle du niveau d’éducation des populations, et pour 25% la réduction des inégalités entre les territoires et les personnes. Enfin, 24% y voit comme avantage la création de nouveaux emplois.

-  Les principaux risques : le manque de confidentialité des données récoltées sur les individus (58%) et la réutilisation à des fins commerciales (57%)

A l’inverse, les Français pointent également les inconvénients de l’extension de l’usage du numérique : le manque de confidentialité (58%), à égalité avec la réutilisation à des fins commerciales (57%) des données personnelles, preuve s’il en est de la méfiance des Français à ce sujet et de la réassurance dont doivent faire preuve les municipalités à leur égard. Ce n’est d’ailleurs pas tant des municipalités ou de leurs services administratifs dont les Français se méfient (65% de confiance), mais plutôt des partenaires privés (37% de confiance seulement) qui pourraient être associés à ces programmes.

3. Le Top 10 des services numériques plébiscités par les Français

Parmi la trentaine de services numériques qui leur était proposés, les Français perçoivent davantage l’utilité de ceux qui répondent aux deux principaux atouts cités ci-avant (gain de temps et d’argent).

Ainsi, la possibilité d’effectuer des démarches administratives sur Internet, certainement parce qu’elle permet de gagner du temps, est celui qu’ils perçoivent comme le plus utile (93% dont 52% de très utile). C’est aussi celui qui leur semble le plus rapide à mettre en place par leur municipalité.

Viennent ensuite des services liés aux thèmes de la maitrise de l’énergie, l’environnement et les transports, comme la création de systèmes d'éclairage public avec des lampadaires intelligents (51% considèrent que ce service serait très utile pour un total de 89% d’utilité), l’amélioration de la circulation grâce à des feux tricolores dont la durée s'adapterait automatiquement au trafic (49% de très utile et 91% d’utilité au total) et l’installation des compteurs intelligents pour permettre aux habitants de réduire leurs factures d’énergie ou d’eau (45% de très utile et 84% d’utilité). Là encore, les Français semblent percevoir des bénéfices directs à la fois en termes de temps et de coût.

Parmi les services les plus rapides à mettre en place, et considérés comme les plus utiles, on trouve également des éléments liés aux démarches réalisées sur Internet, comme le paiement de prestations en ligne ou encore, pouvoir signaler à sa municipalité des dysfonctionnements via Internet ou une application sur son téléphone. Ce sont donc bel et bien ceux qui sont en lien avec l’administration qui sont considérés comme les plus rapides à réaliser, sans doute par réalisme : ce sont ceux pour lesquels on estime que sa municipalité a le plus de pouvoir, de capacité de décision et d’action.

Les services en matière de santé arrivent également parmi les 10 premiers services cités : c’est le cas d’une coordination des services après une hospitalisation ou encore d’un portail qui recenserait les différents médecins de la ville et donnerait accès à leur agenda pour faciliter la prise de RDV (considérés comme utiles par 87% et 80% des Français, dont 36% les jugeant même très utiles). Ils le sont encore davantage par les individus âgés de plus de 45 ans pour la coordination des soins et les habitants des agglomérations de plus de 100 000 habitants pour l’accès à l’agenda des médecins.

Enfin, l’intérêt des services numériques dans le domaine de l’éducation est également souligné, mais davantage par les parents d’enfants : la mise à disposition des plateformes de cours en ligne et de contenus pour les étudiants et les élèves est jugée utile par 85% des Français (dont 33% très utile), mais par plus de 90% (dont près de 45% très utile) des parents d’enfants et adolescents en âge d’être scolarisés. Il en va de même pour la mise en place de plateformes de communication entre l‘école et les élèves et leurs parents, pour le suivi des notes et de la vie scolaire, jugés utile par 80% des Français (dont 32% très utile) et par 87% des parents d’enfants de 6 à 15 ans (dont 46% très utile).

 

Top 10 des services numériques considérés comme
les plus utiles par les Français :

 
 
  1. Effectuer des démarches administratives sur Internet (inscription sur les listes électorales, dossier pour ses papiers d’identité, demande d’actes d’état civil, inscription à la cantine, aux activités extra-scolaires pour les enfants…) : 93% utile, 52% très utile
  2. Créer des systèmes d’éclairage public avec des lampadaires intelligents, qui s’allument et s’éteignent en fonction de la circulation / du passage : 89% utile, 51% très utile
  3. Améliorer la circulation avec des feux tricolores dont la durée s’adapte automatiquement au trafic : 91% utile, 49% très utile
  4. Installer des compteurs intelligents pour permettre aux habitants de réduire leurs factures d’énergie ou d’eau, grâce à un suivi précis et individualisé de leur consommation : 84% utile, 45% très utile
  5. Payer des prestations en ligne (cartes de stationnement, cantine ou activités extra scolaires des enfants) : 84% utile, 40% très utile
  6. Pouvoir signaler à sa municipalité des dysfonctionnements (nid de poule, matériel endommagé…) via Internet ou une application sur son téléphone : 88% utile, 38% très utile
  7. Permettre une meilleure interconnexion entre les différents modes de transport d’une ville (bus, train, tram, voiture…) pour limiter l’utilisation de véhicules individuels sur les axes très fréquentés : 87% utile, 38% très utile
  8. Permettre aux salariés, quand cela est possible, de travailler 1 ou 2 jours par semaine de chez eux plutôt qu’au bureau pour réduire les embouteillages et la pollution : 82% utile, 38% très utile
  9. Avoir une coordination des services après une hospitalisation, comme par exemple : rechercher de soins ou de la rééducation après une opération : 87% utile, 36% très utile
  10. Avoir un portail qui recense les différents médecins de la ville et donne un accès à leurs agendas pour prendre RDV plus facilement : 80% utile, 36% très utile
 

 

LE MICRO-TROTTOIR RÉALISÉ POUR L’ÉTUDE

 

 

 

Fiche technique :

 Sondage réalisé du 25  au 30 octobre 2013, par Internet, auprès de 1000 Français constituant un échantillon national représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été construit selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille, région et catégorie d’agglomération).

Guillaume Petit

Directeur du département Corporate & Opinion, Ipsos Public Affairs

Guillaume Petit

Directeur du département Corporate & Opinion, Ipsos Public Affairs

A la une en ce moment :