Eté 2013 : ce que les Européens comptent faire de leurs vacances

A l’occasion de son 50ème anniversaire, Europ Assistance lance la treizième vague du baromètre Ipsos-Europ Assistance sur les vacances d’été des Européens. On y découvre leurs intentions et préoccupations, mais également ce qu’ils ont perçu des améliorations réalisées dans le domaine du tourisme au cours des 50 dernières années et leurs rêves pour les 5 prochaines décennies.

Voir l'analyse vidéo

Les intentions de départ des Européens sont de nouveau à la baisse en 2013 (-4 points) avec un décrochage très net à la baisse par rapport à la fin des années 2000

Les effets de la crise se ressentent cette année encore dans les intentions de départ des Européens qui ne sont plus que 54% à avoir l’intention de partir au moins une fois en vacances cet été (entre juin et septembre inclus).

Pour la deuxième année consécutive, les intentions de départ chutent (-4 points par rapport à 2012 et -12 points par rapport à 2011) pour atteindre un nouveau record à la baisse dans le baromètre.  Il s’agit du niveau le plus bas depuis huit ans.

L’ampleur de la crise,  en Espagne et en Italie, est particulièrement visible dans les intentions de départ qui chutent encore fortement cette année (42% d’intentions de départ pour les Espagnols contre 51% en 2012 et 65% en 2011 ; 53% pour les Italiens contre 63% en 2012 et 78% en 2011). Du fait d’une situation économique et sociale moins tendue, les intentions de départ des Allemands (52%, -3 points) et des Autrichiens (57%, -2 points) semblent se stabiliser.

Les Français sont, pour la première fois depuis le début de la crise économique, particulièrement affectés cette année.  Ils sont à présent 62% à déclarer vouloir partir en vacances cet été, soit 8 points de moins que l’an dernier (70%), un record pour le pays depuis 2005  (63%).

Le budget-vacances 2013 des Européens est stable à 2 100 € en moyenne

A l’instar des deux années précédentes, même si leurs intentions de départ chutent, les Européens qui déclarent avoir l’intention de partir n’envisagent globalement pas de réduire leur budget vacances.

Le budget consacré aux vacances d’été 2013 (cumul du transport, de l’hébergement, de la nourriture, des activités de loisirs, etc.) se maintient ainsi au même niveau que celui de l’année précédente avec un montant de 2 100 € (contre 2 104 €) avec néanmoins des disparités selon les nationalités.

Les Belges (2 508€, +101€) et les Autrichiens (2505€, + 325€) - qui disposent du budget vacances le plus important parmi les Européens - pensent ainsi consacrer à leurs vacances un montant plus important que l’année dernière tandis que pour les Allemands (2 343€, -129€) et les Espagnols (1 607€, -256 €), la tendance est inverse. Les Italiens pensent quant à eux préserver leur budget vacances (1 761€, +71€), de même que les Français avec un budget moyen de  2 140€,  en légère hausse de 1% (+28€) par rapport à 2012 (2112€).

Chez les Français, une relation particulière avec les vacances

Cette année encore, malgré une nette tendance à la baisse (62%, -8 points), les Français restent les Européens qui ont le plus l’intention de partir en vacances. Par ailleurs, seulement 7% d’entre eux sont prêts à faire des économies sur ce poste.  Avec un budget stable au fil des ans, malgré un climat économique de plus en plus tendu, ce comportement traduit la relation particulière que les Français entretiennent avec leurs vacances qu’ils veulent préserver.

L’Europe reste la première destination des Européens pour l’été

81% des vacanciers Européens (+2 points par rapport à 2012) déclarent vouloir passer leurs vacances d’été en Europe.

La France est cette année encore la première destination choisie par les Européens. Elle accueillera 18% (contre 20% en 2012) des touristes européens, suivie de près par l’Italie (17% contre 18%) et l’Espagne (14%, stable).

Logiquement, dans certains pays comme l’Italie (70%, stable) ou l’Espagne (65%, +12 points), où le climat est plus clément, une majorité de citoyens séjournera dans son propre pays. Le tourisme national est également particulièrement développé – même s’il n’atteint pas tout à fait ces mêmes niveaux - en France où 60% des Français (-7 points) resteront sur le territoire cet été.

Internet et les réseaux sociaux sont plus que jamais utilisés pour la préparation des vacances

56% des Européens naviguent désormais sur le web pour effectuer leurs réservations (avions, trains, hôtels, hôtels-clubs…), un chiffre en progression constante depuis plusieurs années (28% en 2005, soit un score qui a doublé).

Les Britanniques (66%) sont les plus actifs sur Internet pour réserver leurs vacances, suivis des Belges (58%), des Français (57%) et des Allemands (55%).

Les Européens sont par ailleurs 20% à déclarer qu’ils consultent ou envisagent de consulter les réseaux sociaux pour faire le choix de leur destination. Les Espagnols (32%)sont ceux qui font le plus appel aux réseaux sociaux pour s’informer, suivis par les Britanniques (27%), les Italiens (20%), les Allemands (19%), les Autrichiens (14%), les Belges (14%) et les Français (7%).

Un siècle de tourisme : les améliorations concernant le voyage et les vacances de ces 50 dernières années et les souhaits pour le demi-siècle à venir

1963-2013 : le transport, Internet et les assurances, le trio gagnant des cinquante dernières années.

Le développement du transport aérien (72%), la possibilité d’organiser ses vacances par Internet (71%) et le fait d’être assuré, assisté et protégé en cas de problème durant les vacances (69%) arrivent en tête des améliorations que les Européens estiment les plus importantes dans le domaine du tourisme et des vacances au cours des 50 dernières années.

 La possibilité pour de plus en plus de personnes de partir en vacances (67%) ou de partir plus souvent (65%) ainsi que la réduction des prix des voyages (58%) figurent ensuite dans le classement des  Européens.

2013-2063 : de quoi rêvent les Européens pour le demi-siècle à venir ? 

Les souhaits des Européens pour les cinquante années à venir sont principalement d’ordre pratique : 65% souhaiteraient disposer à l’avance - au moment des réservations - d’une météo précise du lieu de destination et 63% voyager de l’autre coté de la planète en quelques heures.

 

 

 

Fiche technique :

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 4048 Européens âgés de 18 ans et plus (Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Belges et Autrichiens), du 11 février au 23 mars 2013. Cette enquête a été conduite par téléphone, au domicile des personnes interrogées et selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage, région et taille d’agglomération).

Fabienne Simon

Directrice Générale Adjointe, Ipsos Public Affairs

Fabienne Simon

Directrice Générale Adjointe, Ipsos Public Affairs

Austragesila Evora

A la une en ce moment :