Les Français et le lâcher-prise

Ipsos a réalisé une enquête pour Caprice des Dieux auprès d’un échantillon représentatif de 1 011 Français âgés de 18 ans et plus, interrogés du 16 au 21 janvier  2013, via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas Insee (sexe, âge, profession de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération).

Lâcher-prise : une nécessité pour près de 8 Français sur 10

Pouvoir lâcher prise ou faire un petit caprice dans sa vie est aujourd’hui considéré comme quelque chose de nécessaire par plus de 8 Français sur 10 (81%). Pour plus d’une personne sur trois, c’est même indispensable (34%).

Les femmes affichent des besoins plus forts que les hommes (84% estiment qu’il leur est nécessaire de pouvoir se lâcher contre 77% pour les hommes).

La majorité des Français dit avoir besoin de moins de 30 minutes de laisser-prise par jour

Le moment du lâcher-prise ou du petit caprice est le plus souvent un instant court : 60% avouent avoir besoin de 30 minutes ou moins par jour.

Pour près d’un tiers de la population, les besoins sont plus importants et peuvent atteindre une heure ou plus (35%).

L’envie de lâcher-prise ne se limite pas à la sphère professionnelle, elle concerne autant la vie amoureuse, familiale, sociale que sexuelle

74% des Français disent éprouver une envie de lâcher-prise dans au moins un domaine de sa vie.

Le souhait de faire un petit caprice concerne tout aussi bien leur vie amoureuse (50%), sociale (49%), professionnelle (48%), familiale (47%) que sexuelle (47%).

Les personnalités avec lesquelles les Français souhaiteraient le plus lâcher-prise : d’abord Jea Dujardin, Omar Sy, Florence Foresti et Barack Obama

Les Français souhaiteraient lâcher-prise en priorité avec des humoristes. Ils citent dans l’ordre : Jean Dujardin (30%), Omar Sy (29%) et Florence Foresti (27%). Avec sa 4ème place, Barack Obama (26%) confirme la très bonne opinion que les Français ont toujours eu de lui. Surtout, il se place dans le top 10, ce qui n’est pas le cas de François Hollande et de Nicolas Sarkozy.

Juste derrière viennent Gad Elmaleh (25%), Sophie Marceau (23%), Georges Clooney (20%) et Jamel Debbouze (19%). Alexandra Lamy clôt le palmarès et rejoint Jean Dujardin parmi les 10 personnes les plus plébiscitées.

Lorsqu’ils se lâchent, les Français se sentent déculpabilisés et cherchent d’abord des instants de calme et de repos

Le plus souvent, le lâcher-prise est associé à un moment de calme reposant (60%). Seuls 4 personnes sur 10 en attendent plutôt quelque chose de fort, d’intense (40%), le plus souvent des hommes.

Lorsqu’elles s’accordent un petit caprice, près de 8 personnes sur 10 se disent plutôt sereines (80%). Seules 20% se sentent plutôt coupables et pensent qu’elles n’auraient pas dû s’accorder cet instant de lâcher-prise.

Le lâcher-prise : plus un besoin de « pause » que de réelle « rupture »

Pour les Français qui souhaitent s’accorder un petit caprice, il s’agit le plus souvent de se ménager une « simple pause », un instant de plaisir comme manger une gourmandise sucrée (71%), faire un achat d’impulsion ou craquer pour un produit (63%), se retrouver seul avec son conjoint pour un moment à part (62%) ou encore manger un morceau de fromage (44%).

Ils expriment plus rarement des besoins de « rupture » comme annuler à la dernière minute des choses qu’ils avaient prévues de faire et dont ils n’ont plus envie (40%), couper leur téléphone pour s’accorder un moment au calme rien que pour eux (34%) ou de se laisser séduire par un(e) inconnu(e) (24%).

Comment naît l’envie de lâcher-prise ? Une rentrée d’argent, une fin de mois difficile, une journée d’enfer…ou rien de spécial

Les motifs liés à l’état des ressources financières sont les 1ers motifs à déclencher chez les Français une envie de s’accorder un caprice : avoir une rentrée d’argent inattendue (35%) ou à l’opposé, vivre une fin de mois difficile (27%, en 2nd).

Viennent ensuite des motifs liés à des moments de stress : une journée d’enfer au travail (26%), une dispute avec son conjoint (24%) ou encore une rencontre avec des personnes agressives (23%).

L’envie de lâcher-prise peut enfin être déclenchée par un événement a priori anodin, sans aucune raison particulière (16%), par une journée ensoleillée et chaude (16%) ou la pluie et le froid (15%).

Un besoin de lâcher-prise d’autant plus fort que beaucoup de Français ont le sentiment de manquer de temps et d’être stressés

60% des Français considèrent qu’ils ne prennent pas assez de temps pour s’occuper d’eux-mêmes et 59% cherchent constamment à gagner du temps.

54% des Français avouent être « souvent » stressés.

Emilie Rey-Coquais

A la une en ce moment :