Présidentielle : l'écart se resserre mais Hollande reste en tête

L'écart entre Nicolas Sarkozy (27,5%) et François Hollande (28,5%) s'est resserré au premier tour à la suite d’un rééquilibrage des rapports de forces au sein de la gauche et au sein de la droite. Nicolas Sarkozy, qui bénéficie d’une forte présence médiatique, progresse de 2,5 points dans cette vague alors que Marine Le Pen recule d’autant (à 15%). François Hollande, dont les intentions de vote au premier tour se tassent (-1) pâtit de la progression de Jean-Luc Mélenchon au premier tour (11,5%, +2). L’écart entre les deux favoris se resserre également au second tour, mais François Hollande conserve une confortable avance et son statut de favori dans l’opinion.

Meeting de Villepinte, forte exposition médiatique et retrait de Dominique de Villepin, les deux dernières semaines ont été favorables à Nicolas Sarkozy, qui gagne deux points et demi d'intentions de vote 1er tour (à 27,5%), au détriment de Marine Le Pen, qui recule dans les mêmes proportions (à 15%). Le socle électoral qui a conduit le Président sortant à la victoire en 2007 pourrait se reformer. Il progresse assez nettement au sein des catégories populaires : +8 chez les employés et +4 points les ouvriers.

François Hollande, qui recule d’un point dans cette vague, pâtit de la progression de Jean-Luc Mélenchon, régulière depuis octobre dernier où il était à 6%. Le candidat du Front de gauche pointe désormais à 11,5% d'intentions de vote (+2 points en deux semaines). Il se rapproche ainsi de François Bayrou (13%), qui conserve le soutien de l'électorat centriste, mais peine à convaincre des sympathisants PS ou UMP mobilisés derrière leur leader.

Les "petits candidats" ne décollent toujours pas au premier tour : Nicolas Dupont-Aignan est à 1,5% d’intention de vote, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud à 0,5%. A voir si de début de la campagne officielle et l’égalité des temps de parole impactera leur score.

Un rééquilibrage s’opère également au 2nd tour, même si François Hollande conserve une confortable avance sur Nicolas Sarkozy (56%, -2 points, contre 44%, +2). La progression de Nicolas Sarkozy au second tour tient notamment à un net redressement des reports de voix en sa faveur dans l'électorat 1er tour de François Bayrou (32%, + 15 points) et de Marine Le Pen (43%, +10 points). De son côté, François Hollande fait presque le plein dans l'électorat du Front de gauche (84% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon le choisissent au second tour, contre 13% qui n'expriment pas d'intentions de vote et 3% qui choisissent Sarkozy), mais perd du soutien dans l'électorat Bayrou (41%, -9).

Le rééquilibrage s’observe enfin dans les souhaits de victoire. Si François Hollande reste en tête sur cet indicateur (28% des Français souhaitent sa victoire le 6 mai), l’écart avec Nicolas Sarkozy (24%) se réduit à 4 points, contre 8 les 17-18 février.

En dépit de ces mouvements, François Hollande reste le favori des pronostics des Français (38% pensent qu’il l’emportera contre 30% à Nicolas Sarkozy), mais l’issue du scrutin est, dans l’opinion, beaucoup plus ouverte que lors de la précédente campagne présidentielle. En mars 2007, 47% des Français pronostiquaient la victoire de Nicolas Sarkozy, contre 11% celle de Ségolène Royal.

Brice Teinturier

Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)

Vincent Dusseaux

Directeur d'études, Ipsos Public Affairs

A la une en ce moment :