F. Hollande conserve son avance sur N. Sarkozy dans les intentions de vote Présidentielle 2012

La dernière vague du baromètre d'intentions de vote Ipsos / Logica Business Consulting réalisée pour France Télévisions, Radio France et Le Monde confirme que la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy n'a pas bouleversé le rapport de force électoral : le Président sortant accuse toujours un retard assez net sur François Hollande dans les intentions de vote premier et second tour. Il conserve néanmoins 9 points d'avance sur Marine Le Pen (16%, stable). Derrière, la dynamique est défavorable à François Bayrou qui a perdu 3 points depuis mi-janvier (11%), et voit se rapprocher Jean-Luc Mélenchon (9%, +0,5).

Au premier tour : François Hollande et Nicolas Sarkozy restent stables, François Bayrou recule, il est désormais talonné par Jean-Luc Mélenchon

L’entrée en campagne officielle de Nicolas Sarkozy n’a pas d’impact sur les intentions de vote. Avec 25% des suffrages au premier tour, le président sortant est stable par rapport à début février. Il est toujours nettement devancé par François Hollande qui obtient 32% des intentions de vote (=).

Avec 11% des suffrages, la candidature de François Bayrou enregistre une nouvelle baisse (-1,5 points, -3 par rapport à mi janvier). En dépit d’une forte hausse en début d’année, François Bayrou ne semble pas retrouver la dynamique de la dernière campagne présidentielle. Au même moment en 2007, 15% des Français souhaitaient qu’il remporte l’élection. Ils ne sont que 7% aujourd’hui.

François Bayrou est presque rejoint par Jean-Luc Mélenchon qui continue de progresser. Après 1 point début février, le candidat du Front de Gauche gagne 0,5 point dans cette vague et obtient désormais 9% d’intentions de vote, son meilleur score depuis mai. Il peine cependant à convaincre les catégories qu’il convoite : il obtient 5% d’intentions de vote chez les employés et 7% chez les ouvriers.

Marine Le Pen reste stable avec 16% d’intentions de vote. Il s’agit d’un vote de contestation plus qu’un vote d’adhésion : moins d’une personne sur deux qui expriment une intention de vote pour la candidate du Front national souhaite qu’elle soit élue présidente de la République.

Le rapport de force au second tour est toujours très favorable à François Hollande, mais pour les Français le scrutin est plus ouvert qu’en 2007.

Au second tour, le rapport de force entre Nicolas Sarkozy et François Hollande reste stable par rapport à début février. Il est très favorable au candidat socialiste qui obtient 59% des suffrages, contre 41% au Président sortant.

L’écart mesuré aujourd’hui entre François Hollande et Nicolas Sarkozy est très supérieur à celui observé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy lors de la précédente élection. Pour autant l’élection de 2012 est un peu plus ouverte qu’en 2007 aux yeux des Français. Aujourd’hui, 39% des Français pensent que c’est Français Hollande qui sera élu le 6 mai, contre 30% qui pensent que ce sera Nicolas Sarkozy. En mars 2007, seuls 16% des Français croyaient dans la victoire de Ségolène Royal contre 49% qui anticipaient celle de Nicolas Sarkozy.

Cependant, une importante partie des électeurs de Nicolas Sarkozy est gagnée par le pessimisme. Seuls 57% pensent que le Président sortant l’emportera le 6 mai (ils étaient 76% en 2007), alors que 71% des électeurs de François Hollande pensent qu’il sera élu.

Jean-François Doridot

Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Vincent Dusseaux

Directeur d'études, Ipsos Public Affairs

A la une en ce moment :