Sharing, un bouche à oreille plus évolué ?

Si près d’1 internaute sur 2 déclare avoir partagé du contenu sur les média sociaux, la moitié d’entre eux déclarent que ce qu’ils partagent est une information, une actualité, ou un fait qu’ils ont jugés « intéressant » et qui a retenu leur attention…

Mais pas seulement : on voit que les internautes sont également très sensibles au contenu humoristique, et il n’y a qu’à jeter un œil à sa propre Timeline Twitter ou Facebook pour constater le succès de ces publications : 


Ainsi ce bouche à oreille plus évolué parce que plus viral a permis le succès des géants des contenus collaboratifs et des communautés online : YouTube, Wikipedia, Facebook et Twitter.


Dis moi ce que tu aimes ?

Aujourd’hui ces partages sont donc aussi en mesure de faire ou défaire la réputation d’une marque et de son service client sur Internet, ainsi 30% des répondants déclarent qu’ils n’hésitent pas à « recommander un produit, un service, un film ou un livre ».

Ce mode de recommandation issue de la culture du « peer to peer » change la donne : les internautes et clients sont de plus en plus nombreux à se renseigner avant l’achat d’un produit sur la toile et à échanger leurs avis.

En ce lendemain de vacances estivales, combien d’entres nous ont consulté le site TripAdvisor, qui est le premier site internet touristique du monde avec 35 Millions de visiteurs uniques par mois (1), pour se renseigner sur son hôtel, son restaurant, …etc ?

La mobilisation numérique

socialogue-mobilisation

Ce nouveau modèle conversationnel et de partage a aussi donné naissance à la mobilisation numérique (26% des internautes français ont déjà apporté leur soutient à une cause ou une organisation), notamment chez les plus jeunes. Si ces manifestations sont moins « bruyantes » elles peuvent toutefois aboutir à des opérations de mobilisation de grande ampleur. On retient l’exemple récent des Révolutions Arabes qui sont nées sur les réseaux sociaux.

Pourquoi partager du contenu sur Internet ?

partage de contenu

Les réponses sont multiples mais obéissent toutes au principe du « peer to peer » qui pourrait être une source d’inspiration pour nos modèles traditionnels politiques, éducatifs et médiatiques.

Quelques expériences commencent à émerger, on retient celle de l’école de Xavier Niel, dont la pédagogie s’appuie, entre autres, sur une évaluation des élèves par les élèves (2). 

 

Extrait des résultats de l’étude (3):

 

POURQUOI PARTAGEZ-VOUS DU CONTENU SUR INTERNET ?

     
Partager du contenu intéressant   45%
Partager du contenu humoristique   44%
Pour recommander un produit, un service, film, livre, etc.   30%
Partager du contenu important   30%
Pour apporter mon soutien à une cause   26%
Pour faire savoir aux autres ce que je suis   21%
Participer à un fil de discussion   20%
Autres raisons   15%
Pour partager des connaissances   11%
Pour faire savoir aux autres ce que je suis en train de faire   11%
Pour partager une exclusivité   10%
     

 

Socialogue du 3 septembre 2013 « Why Share ? » (en anglais)

socialoguesocialogue

(1) Source : ComScore

(2) Pour aller plus loin : Chronique de Xavier de la Porte sur France Culture (3 sept. 2013), Xavier Niel et la pédagogie du peer to peer.

(3) Données issues du Global @dvisor. www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/global-advisor

Anne Calot

Directrice d’études, Ipsos SMX

Anne Calot

Directrice d’études, Ipsos SMX

A la une en ce moment :