Les pratiques numériques des pharmaciens en 2016

Pour la 2ème année consécutive, Ipsos réalise pour le compte du CESSIM l’étude d’audience et le baromètre digital des professionnels de santé. En 2015, ont été interrogés : les pharmaciens, les médecins généralistes et les spécialistes en dermatologie, neurologie, pédiatrie, rhumatologie et gynécologie.

Les pharmaciens

On compte 58% de titulaires et 42% d’adjoints dans la population des pharmaciens. Celle-ci est plutôt féminine (66%), notamment chez les adjoints.

Les pharmaciens sont autant équipés en équipement de mobilité que leurs confrères médecins, mais ces derniers utilisent néanmoins un peu moins leur tablette (27% l’utilisent dans le cadre de leur activité professionnelle) et téléchargent également moins d’applications (35%) que ce soit sur leur smartphone que sur leur tablette.

La presse de l’officine est leur premier moyen d’information, suivi par les parutions des organismes officiels et Internet.  Les échanges avec les confrères ont été plus présents en 2015 qu’en 2014. En raison de l’évolution de leur profession ?

Thèmes abordés dans l’étude :

  • Utilisation d’internet : comportements, motivations, moments de consultation, type de sites consultés, newsletters …
  • Outils de mobilité : équipements, usages, préférences / Réseaux sociaux : consultation, utilisation
  • Moyens d’information et de formation
  • FMC & DPC : mode, acteurs légitimes, type de formation attendu
  • Médias alternatifs : intérêt, visites médicales à distance, e-conférence, e-congrès, forums de discussion, WebTV

 

Point méthodologique :
L’étude a été réalisée avec un double mode de recueil : 2500 professionnels de santé ont été recrutés par téléphone et 1911 ont répondu au questionnaire en ligne portant sur leurs pratiques médias (presse et digitales) et leur pratique numérique. Le terrain a été réalisé par Ipsos Observer du 10 février au 8 juillet 2015. La sélection des individus a été faite à partir des fichiers qualifiés d’IMS Health. L’étude a été auditée et contrôlée par le CESP. Ont été interrogés en 2015 : les pharmaciens (titulaires et adjoints) exerçant en officine avec un CA supérieur à 700 K€ annuel , les médecins généralistes, et les spécialistes (ville et hôpital) en dermatologie, gynécologie, neurologie, pédiatrie, rhumatologie.

Marie-Laure Lerolle

Directeur de département, Ipsos Connect

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :