Les pratiques numériques des professionnels de santé, 2ème année du baromètre

Le CESSIM réalise avec Ipsos pour sa 2ème année consécutive son étude d’audience et son baromètre numérique auprès des professionnels de santé. En 2015, ont été interrogés : les pharmaciens, les médecins généralistes, et les spécialistes en dermatologie, gynécologie, neurologie, pédiatrie, rhumatologie.

QUI SONT-ILS ?

Les pharmaciens ont 47 ans en moyenne, avec une répartition de 34% d’hommes vs 66% de femmes. En moyenne 7,6 personnes travaillent dans une officine ayant plus de 700 000 € de CA annuel.
Si les médecins généralistes ont un âge moyen stable à  53 ans en moyenne,  on observe que la part de la population féminine progresse : 34% des généralistes sont des femmes (vs 32% en 2014) pour 66% d’hommes. Une forte évolution est à noter également sur le mode d’exercice : 49% des généralistes exercent aujourd’hui en cabinet de groupe vs 40% en 2014.
Nos spécialistes de 2015 ont 53 ans en moyenne, 41% sont des hommes, 59% sont des femmes, un profil en lien avec les spécialités étudiées. Ils ont en moyenne 75 consultations ou visites par semaine. Ce sont les pédiatres et les neurologues qui exercent le plus en hôpital (plus de 2/3) et les dermatologues qui exercent le plus en ville (80%).

QUELLES ÉVOLUTIONS PAR RAPPORT À 2014

  • Les médecins généralistes ont une pratique d’internet de plus en plus importante : 71% des médecins généralistes se connectent au moins une fois par jour à Internet (vs 67% en 2014), la progression auprès des pharmaciens est moins prononcée (68% vs 65%) et les spécialistes interrogés en 2015 se connectent autant que les spécialités interrogées en 2014* à 62%.  Il est à noter que les médecins généralistes femmes se connectent plus que les hommes. L’équipement progresse, mais impacte peu les comportements au final. Si l’équipement tablette progresse au même rythme que celui de la population, celle-ci n’est pas forcément utilisée dans le cadre professionnel.
  • L’équipement en smartphone progresse, notamment auprès des médecins généralistes (80% vs 73%). Malgré ces évolutions, le PC reste l’outil préféré pour se connecter à internet pour les multi-équipés.  Ils utilisent néanmoins leurs outils de mobilité pour consulter la presse en ligne et pour consulter des bases médicales.  Le téléchargement d’applications est stable par rapport à 2014 et c’est surtout les femmes qui ont une pratique supérieure.
  • L’humain est de plus en plus important dans les relations. Les échanges entre confrères sont des moyens d’information et de formation en progression. Egalement, les médecins généralistes et les spécialistes sont les plus réticents à l’utilisation d’internet comme outil de formation (1 sur 2), privilégiant une formation présentielle.

Les moyens d’information sont stabilisés, la consultation des médias est établie. L’équipement digital ne modifie donc pas la hiérarchie des modes d’information.  La presse médicale et la presse de l’officine au format papier restent le premier moyen d’information et de formation des professionnels de santé, complétées par l’information médicale et professionnelle sur internet.

 

Point méthodologique :
L’étude a été réalisée avec un double mode de recueil : 2500 professionnels de santé ont été recrutés par téléphone et 1911 ont répondu au questionnaire en ligne portant sur leurs pratiques médias (presse et digitales) et leur pratique numérique. Le terrain a été réalisé par Ipsos Observer du 10 février au 8 juillet 2015. La sélection des individus a été faite à partir des fichiers qualifiés d’IMS Health. L’étude a été auditée et contrôlée par le CESP. Ont été  interrogés en 2015 : les pharmaciens (titulaires et adjoints) exerçant en officine avec un CA supérieur à 700 K€ annuel , les médecins généralistes, et les spécialistes (ville et hôpital) en dermatologie, gynécologie, neurologie, pédiatrie, rhumatologie.

*Rappel spécialités 2014 : Cardiologie, Diabétologie – endocrinologie, cancérologie – oncologie, ophtalmologie, pneumologie.

Marie-Laure Lerolle

Directeur de département, Ipsos Connect

Commentez cet article :

Identifiez-vous et inscrivez-vous rapidement et gratuite pour commenter cet article

A la une en ce moment :